Toyota, confronté ces derniers mois à de sérieux problèmes de défauts techniques, a inauguré mardi une nouvelle organisation destinée à réagir plus efficacement à l'avenir face à ce type de crise désastreuse pour son image. Akio Toyoda, patron du géant automobile japonais, a présidé mardi à Toyota City, le fief du constructeur dans le centre du Japon, la première réunion d'un "comité spécial pour la qualité mondiale", dont la mission consistera à "redéfinir radicalement les opérations pour répondre aux attentes des clients".

Ce comité est composé de responsables de Toyota provenant de toutes les régions du monde, pour la plupart des non-Japonais. Il s'agit d'une première chez un groupe traditionnellement peu enclin à faire participer des étrangers à ses plus hauts organes de décision. Ce comité sera chargé de faire remonter rapidement les plaintes des clients et d'organiser les rappels de véhicules et autres mesures de sécurité.

Toyota demandera à des experts extérieurs d'évaluer, d'ici le mois de juin, les mesures prises par le groupe pour améliorer la qualité de ses voitures. Toyota a dû rappeler près de 9 millions de véhicules dans le monde ces derniers mois en raison de défauts techniques affectant le système de freinage ou la pédale d'accélération de plusieurs modèles. Ses ventes mondiales ont toutefois bien résisté pour le moment (+ 13 % sur un an en février).

Trends.be, avec Belga

Toyota, confronté ces derniers mois à de sérieux problèmes de défauts techniques, a inauguré mardi une nouvelle organisation destinée à réagir plus efficacement à l'avenir face à ce type de crise désastreuse pour son image. Akio Toyoda, patron du géant automobile japonais, a présidé mardi à Toyota City, le fief du constructeur dans le centre du Japon, la première réunion d'un "comité spécial pour la qualité mondiale", dont la mission consistera à "redéfinir radicalement les opérations pour répondre aux attentes des clients".Ce comité est composé de responsables de Toyota provenant de toutes les régions du monde, pour la plupart des non-Japonais. Il s'agit d'une première chez un groupe traditionnellement peu enclin à faire participer des étrangers à ses plus hauts organes de décision. Ce comité sera chargé de faire remonter rapidement les plaintes des clients et d'organiser les rappels de véhicules et autres mesures de sécurité.Toyota demandera à des experts extérieurs d'évaluer, d'ici le mois de juin, les mesures prises par le groupe pour améliorer la qualité de ses voitures. Toyota a dû rappeler près de 9 millions de véhicules dans le monde ces derniers mois en raison de défauts techniques affectant le système de freinage ou la pédale d'accélération de plusieurs modèles. Ses ventes mondiales ont toutefois bien résisté pour le moment (+ 13 % sur un an en février).Trends.be, avec Belga