Un nouveau souffle pour le Cercle de Lorraine

09/11/18 à 09:55 - Mise à jour à 09:58
Du Trends-Tendances du 08/11/18

Après avoir traversé quelques bourrasques, le vaisseau amiral des cercles d'affaires à Bruxelles navigue à nouveau sous un climat plus serein. Le Cercle de Lorraine envisage dorénavant un avenir radieux et riche de projets et se présente résolument comme "the place to be". Rencontre avec le nouveau président, Herman Craeninckx, et la directrice générale, Alexandra De Boeck.

Un nouveau souffle pour le Cercle de Lorraine

© Dann

Ce n'est un secret pour personne. Le Cercle de Lorraine, qui célèbre cette année ses 20 ans d'existence, a connu quelques périodes mouvementées ces dernières années. Mais il a maintenu le cap dans la tempête et redressé la barre avec l'arrivée d'Alexandra De Boeck en mai 2017, pleinement soutenue par le conseil d'administration, alors présidé par Dirk Gyselinck. Il y a un an, elle nous exposait ses priorités, pointait notamment l'ouverture du cercle d'affaires aux femmes, aux jeunes, à la communauté internationale et aux néerlandophones. Parallèlement, elle a insufflé, de par son expérience acquise dans le secteur événementiel au sein de D-Side, une ouverture aux non-membres pour l'organisation d'événements tant privés que professionnels. Aujourd'hui, comme le souligne Victoria Hingre, administrateur du Cercle de Lorraine, " le cercle a soldé les problèmes du passé et est désormais résolument tourné vers l'avenir ".

Un nouveau souffle pour le Cercle de Lorraine

© DR

Nouveau président

Herman Craeninckx qui succède à Dirk Gyselinck, recentré quant à lui pleinement sur Belfius, n'est pas un inconnu du cercle bruxellois. Que du contraire, puisqu'il occupait le poste de vice-président et avait intégré le Cercle de Lorraine il y a trois ans déjà. Et cette nouvelle fonction n'est pas le seul changement dans la vie du nouveau président. Après 30 ans passés chez Stibbe, Herman Craeninckx a, en effet, décidé de rejoindre le cabinet Strelia comme associé où il retrouvera notamment des anciens de chez Stibbe tels Olivier Clevenbergh, managing partner de Strelia, ou encore Jean-Pierre Fierens, qui est l'un des arbitres dans le litige qui oppose Perrigo à Marc Coucke. " Strelia est un cabinet d'une trentaine d'avocats présent à Bruxelles et à Luxembourg, qui affiche pour ambition de grandir, explique-t-il. Cette volonté de développement ainsi que la qualité des avocats qui composent Strelia m'ont convaincu d'y poursuivre ma carrière. Dans le même temps, j'ai accepté de devenir président du conseil d'administration du cercle car je suis convaincu qu'un cercle d'affaires tel que le Cercle de Lorraine a une raison d'être dans un environnement socio-économique et socio-politique. "

Partager

Le cercle s'adapte aux contraintes actuelles en matière de temps et organise de plus en plus d'événements le matin ou en soirée tout en conservant ses rendez-vous en milieu de journée.

A ses côtés, on retrouve pour l'opérationnel, la directrice générale, Alexandra De Boeck, arrivée au cercle en mai 2017. Une bonne année s'est écoulée et on peut déjà dresser un petit bilan du chemin accompli. " Il est plutôt positif, souligne-t-elle. Avec le conseil d'administration et toute l'équipe, nous avons redressé les finances, arrêté l'érosion des membres, lancé de nouvelles activités qui ont rencontré pas mal de succès. On a beaucoup parlé du cercle en termes positifs. En outre, la partie événementielle s'est bien développée. Enormément d'activités sont organisées tout au long de l'année aussi bien pour les membres que les non-membres. Par an, ce sont plus de 15.000 personnes qui passent ici. Le Cercle de Lorraine redevient petit à petit the place to be et suscite énormément d'intérêt de la part des membres et de potentiels nouveaux membres invités à venir participer à nos activités. Nous avons actuellement 1.500 membres et la proportion de jeunes et des femmes a augmenté. Il est intéressant de noter que nous avons de plus en plus de femmes présentes à nos divers événements et activités. "

Un nouveau souffle pour le Cercle de Lorraine

© DR

Haut de gamme

Le Cercle de Lorraine n'a pas seulement retrouvé sa place sur l'échiquier du business bruxellois, il a également ramené dans le vert ses finances. " Elles sont aujourd'hui totalement saines, reprend Herman Craeninckx. Grâce notamment au soutien du Club 33 Plus. Ce club est composé d'une petite trentaine de sponsors, dont sept main sponsors (Accord, Beci, Belfius, Candriam, Interparking, McKinsey & Company et Supinfo) qui nous font confiance et sont convaincus de la nécessité d'avoir un cercle d'affaires de cette envergure et de ce style à Bruxelles. " Parmi les nouveautés de la rentrée de septembre, on peut pointer l'arrivée au piano du traiteur Jean-Michel Loriers. Précédemment, le catering était assuré en interne pour le midi et par un prestataire extérieur en soirée ; dorénavant ce sera donc le fournisseur de la Cour qui officiera pleinement au cercle.

A l'écoute du monde des affaires

L'arrivée de ce dernier s'inscrit dans la recherche permanente de qualité du Cercle de Lorraine qui entend se différencier sur le marché bruxellois des cercles d'affaires en privilégiant le haut de gamme. Que ce soit par la qualité de ses membres ou par celle des divers intervenants à ses multiples activités. " Les personnalités qui viennent chez nous proposent des contenus riches et sont accessibles, intervient Alexandra De Boeck. Vous avez ici la possibilité d'un one-to-one avec un CEO d'un grand groupe international ou une personnalité politique, des personnes qu'en temps normal, vous n'auriez pas la possibilité d'approcher. "

Le Cercle de Lorraine est à l'écoute du monde des affaires et de ses membres, notamment les plus jeunes. Cela se traduit dans la programmation qui ne concerne pas que les dirigeants et politiques mais qui est également de plus en plus ouverte à des personnalités issues d'autres univers tels que la culture, le monde scientifique ou encore le sport. Le cercle devrait ainsi prochainement accueillir le récent prix Nobel de la paix, le docteur Denis Mukwege. Par ailleurs, il s'adapte aux contraintes actuelles en matière de temps et organise de plus en plus d'événements le matin ou en soirée tout en conservant ses rendez-vous en milieu de journée. Un advisory board composé d'une trentaine de capitaines d'industrie est en train d'être créé dans lequel on retrouvera aussi des jeunes prometteurs " afin d'avoir un mix qui reflète le monde des affaires d'aujourd'hui ", précise le président.

Il est également à l'écoute des affaires du monde puisqu'il s'appuie sur un réseau international de quelque 125 clubs similaires répartis à travers la planète où le membre du Cercle de Lorraine pourra se retrouver en terrain de connaissance. Et inversement, les membres de ces cercles étrangers sont également les bienvenus à Bruxelles. " Nous en recevons chaque semaine, ajoute la directrice générale. Nous venons d'ailleurs de signer un partenariat avec le Steigenberger Wiltcher's Hotel, situé avenue Louise, juste à côté de chez nous, afin de disposer de chambres pour les membres des cercles étrangers. " Le Cercle de Lorraine vient également de conclure un accord avec le Cercle de Wallonie qui assure la réciprocité entre les membres des deux cercles.

© DR

Un club ouvert

Le Cercle de Lorraine se profile comme un club ouvert linguistiquement - il compte actuellement 30 % de membres néerlandophones et cette proportion croît régulièrement. " Nous nous positionnons clairement comme un cercle multiculturel et multilingue avec le français, le néerlandais et l'anglais ", pointe Alexandra De Boeck. Dans la foulée, Herman Craeninckx met l'accent sur la localisation du cercle. Logé depuis 2010 - il était avant à Uccle - dans le palais des princes de Merode en face du palais de Justice, le Cercle de Lorraine jouit non seulement d'une position stratégique au coeur de Bruxelles mais également d'un cadre qui répond à ses ambitions. Le lieu a d'ailleurs fait l'objet d'une luxueuse rénovation et de transformations de manière à l'adapter aux besoins spécifiques des membres.

Partager

Le Cercle de Lorraine vient de conclure un accord avec le Cercle de Wallonie qui assure la réciprocité entre les membres des deux cercles.

" Notre localisation est une facilité pour les membres quand ils viennent participer aux activités organisées par le cercle mais beaucoup de nos membres organisent des activités pour leurs clients, leur personnel, des prospects, et utilisent le cercle comme leur infrastructure, poursuit-elle. Il y a deux aspects qui ressortent dans leur choix. D'une part, la beauté du lieu. Ce bâtiment n'est pas impersonnel et jouit d'un vrai cachet. D'autre part, le côté central et l'accessibilité aussi bien pour les gens qui viennent en transport en commun qu'en voiture. Ces derniers disposant d'un parking juste en face. "

Un nouveau souffle pour le Cercle de Lorraine

© DR

S'adapter à l'évolution du monde

" Le monde des affaires évolue constamment et beaucoup plus vite qu'auparavant et le cercle d'affaires doit s'adapter à ce monde. Je pense que nous avons effectué ce travail, analyse Herman Craeninckx. Si les cercles et clubs d'affaires veulent continuer à exister, ils doivent se remettre en question et évoluer. D'autant que les gens aiment toujours se rencontrer. Mais il ne suffit pas d'inviter simplement quelqu'un, il faut apporter davantage à ses membres. Nous investissons, par exemple, beaucoup avec Thierry Geerts, country manager de Google Belgium, sur des activités liées à la digitalisation. On écoute également beaucoup les jeunes. "

" Nous devons d'autant plus nous adapter que la concurrence s'est accrue, complète Alexandra De Boeck. De plus en plus de sociétés proposent également des activités et les dirigeants d'entreprises sont beaucoup plus sollicités aujourd'hui que par le passé. Il y a moyen chaque soir d'assister à un drink, une conférence, un vernissage, un networking. Un de mes objectifs au cercle est de donner encore plus d'importance à la personne et être réellement à l'écoute du membre qui m'expose un souhait, une idée, une demande. Le cercle est un lieu de rencontre et un lieu de partage. "

Herman Craeninckx

1955 : naissance à Louvain

1978 : licence en droit (Université de Gand)

1979 : MBA Vlerick School of Business

Jusque mi-2018 : avocat-associé Stibbe

Depuis septembre 2018 : avocat-associé Strelia

2007 : membre patron Bozar

2011 : administrateur WWF Belgium

2016 : administrateur BECI

2018 : président du Cercle de Lorraine

Alexandra De Boeck

1970 : naissance

1992 : licence en sciences économiques (ULB)

1992 : spécialiste marketing clients chez Texaco Belgium

1995 : contrôleur de gestion chez Texaco Benelux

2001 : contrôleur budgétaire de Pomona (Paris)

2004 : directeur financier et administratif de D-Side

2011 :managing partner, associée et administrateur de D-Side

2017 : administrateur délégué du Cercle de Lorraine

2018 : directrice générale du Cercle de Lorraine

Nos partenaires