Certains y avaient vu une action de com', d'autres, un geste altruiste bienvenu dans le secteur. En 2015, Dan Price, le fondateur et CEO de Gravity Payments, une société spécialisée dans les paiements par cartes de crédit, avait décidé de diviser de façon drastique - par 14 ! - son salaire pour le porter à 70.000 dollars (65.700 euros), soit le salaire minimum annuel de ses 120 employés.
...

Certains y avaient vu une action de com', d'autres, un geste altruiste bienvenu dans le secteur. En 2015, Dan Price, le fondateur et CEO de Gravity Payments, une société spécialisée dans les paiements par cartes de crédit, avait décidé de diviser de façon drastique - par 14 ! - son salaire pour le porter à 70.000 dollars (65.700 euros), soit le salaire minimum annuel de ses 120 employés. Cinq ans après avoir pris cette décision, Dan Price a fait le point sur la situation de sa société via son compte Twitter. Alors que de mauvaises langues lui prédisaient la faillite, les résultats sont plutôt encourageants, même s'il a rencontré quelques difficultés. Le CEO de Gravity Payments explique avoir connu des difficultés ponctuelles, avec notamment une courte période où son chiffre d'affaires a été divisé par deux. Pas de restructuration dans ce cas de figure, mais tout le monde a accepté une baisse de salaire temporaire. Résultat : 5 mois plus tard, la situation était revenue à la normale. Parmi ses employés, certains ont aussi critiqué la décision. Le Times rapporte les propos d'une ex-directrice financière, qui a quitté l'entreprise après la décision de Dan Price, au motif qu'il "a augmenté les gens qui ont le moins de compétences et sont le moins équipés pour faire le travail, alors que ceux qui en font le plus n'ont eu presque rien."Pour la petite histoire, Dan Price a eu l'idée d'abaisser son salaire au niveau de ses employés, après avoir lu un article sur le bonheur racontait-il à l'époque dans The New York Times. Dans cet article, un revenu de 75.000 dollars est considéré comme une sorte de point pivot. Pour les personnes qui se situent un peu en deçà, tout argent supplémentaire a un grand impact, car elles tombent dans les difficultés en cas de frais médicaux imprévus, d'importants frais scolaires pour les enfants ou bien en cas de séparation. Mais la personne qui gagne plus de 70-75.000 dollars ne voit pas vraiment d'amélioration dans sa vie. Avec ce niveau de revenus, le "rêve américain" est réalisable: une maison, une bonne école pour les enfants, une voiture. Tout montant qui dépasse ce seuil apporte, certes, une encore plus grande richesse, mais n'ajoute pas grand-chose, au bien-être.