"Grâce à la redevance kilométrique poids lourds, la Sofico dégage un autofinancement qui a permis de rencontrer des investissements de l'ordre de 237 millions, soit une augmentation de 41 millions ou de 21% par rapport à l'année précédente (196 millions d'investissement en 2017 et 146 millions en 2016)", souligne la Sofico.

Plusieurs éléments expliquent l'augmentation des investissements: les chantiers des écluses d'Ivoz-Ramet et Lanaye, l'hiver doux qui a permis de poursuivre de nombreux chantiers et des délais plus courts des chantiers (auto)routiers, grâce notamment au recours accru au travail de nuit et de week-end. Par ailleurs, les opérations de renouvellement des couches supérieures des voiries (raclage-pose) se sont multipliées et ces entretiens sont en moyenne 2 à 3 fois plus rapides que des chantiers de réhabilitation en profondeur et entrainent donc un rythme de liquidation rapide.

Pour l'année 2019, les prévisions de la Sofico sont en équilibre.

"Grâce à la redevance kilométrique poids lourds, la Sofico dégage un autofinancement qui a permis de rencontrer des investissements de l'ordre de 237 millions, soit une augmentation de 41 millions ou de 21% par rapport à l'année précédente (196 millions d'investissement en 2017 et 146 millions en 2016)", souligne la Sofico. Plusieurs éléments expliquent l'augmentation des investissements: les chantiers des écluses d'Ivoz-Ramet et Lanaye, l'hiver doux qui a permis de poursuivre de nombreux chantiers et des délais plus courts des chantiers (auto)routiers, grâce notamment au recours accru au travail de nuit et de week-end. Par ailleurs, les opérations de renouvellement des couches supérieures des voiries (raclage-pose) se sont multipliées et ces entretiens sont en moyenne 2 à 3 fois plus rapides que des chantiers de réhabilitation en profondeur et entrainent donc un rythme de liquidation rapide. Pour l'année 2019, les prévisions de la Sofico sont en équilibre.