La banque néerlandaise ING a publié vendredi un bénéfice net pour le deuxième trimestre presque multiplié par 5 sur un an, à 1,46 milliard d'euros, dopé par la reprise économique.

Le groupe, qui enregistre une baisse de 3,3% de son chiffre d'affaires, à 4,52 milliards d'euros, a annoncé dans un communiqué une distribution aux actionnaires de plus de 3,6 milliards d'euros après le 30 septembre. ING, première banque des Pays-Bas, profite de la reprise économique après le creux lié à la crise du coronavirus, qui l'avait contrainte à mettre plus de 1,3 milliard d'euros de côté au deuxième trimestre 2020 pour des prêts qui pourraient ne jamais être remboursés. "L'amélioration de l'environnement économique a permis de réduire considérablement les coûts du risque et les dépenses évoluent dans la bonne direction, ce que je continuerai de suivre de près", a déclaré le PDG Steven van Rijswijk, cité dans le communiqué.

En Belgique, les revenus nets d'intérêts s'élèvent à 437 millions d'euros. Le bénéfice brut s'élève à 254 millions d'euros au deuxième trimestre, soit plus du triple par rapport au premier trimestre (74 millions d'euros). Le résultat avant impôts en Belgique s'établit à 177 millions d'euros, alors qu'au premier trimestre il était encore de 43 millions d'euros dans le rouge.

La banque néerlandaise avait annoncé en novembre qu'elle allait supprimer environ 1.000 emplois d'ici fin 2021, dans un contexte économique mis à mal par la pandémie de Covid-19. ING emploie environ 53.000 personnes dans plus de 40 pays.

La banque néerlandaise ING a publié vendredi un bénéfice net pour le deuxième trimestre presque multiplié par 5 sur un an, à 1,46 milliard d'euros, dopé par la reprise économique. Le groupe, qui enregistre une baisse de 3,3% de son chiffre d'affaires, à 4,52 milliards d'euros, a annoncé dans un communiqué une distribution aux actionnaires de plus de 3,6 milliards d'euros après le 30 septembre. ING, première banque des Pays-Bas, profite de la reprise économique après le creux lié à la crise du coronavirus, qui l'avait contrainte à mettre plus de 1,3 milliard d'euros de côté au deuxième trimestre 2020 pour des prêts qui pourraient ne jamais être remboursés. "L'amélioration de l'environnement économique a permis de réduire considérablement les coûts du risque et les dépenses évoluent dans la bonne direction, ce que je continuerai de suivre de près", a déclaré le PDG Steven van Rijswijk, cité dans le communiqué. En Belgique, les revenus nets d'intérêts s'élèvent à 437 millions d'euros. Le bénéfice brut s'élève à 254 millions d'euros au deuxième trimestre, soit plus du triple par rapport au premier trimestre (74 millions d'euros). Le résultat avant impôts en Belgique s'établit à 177 millions d'euros, alors qu'au premier trimestre il était encore de 43 millions d'euros dans le rouge. La banque néerlandaise avait annoncé en novembre qu'elle allait supprimer environ 1.000 emplois d'ici fin 2021, dans un contexte économique mis à mal par la pandémie de Covid-19. ING emploie environ 53.000 personnes dans plus de 40 pays.