Pour une moyenne belge de 33,3%, la proportion chez les personnes au niveau d'instruction supérieur ayant du mal à concilier ces deux pans de leur vie est de 37,3%.

Près de quatre indépendants sur 10 disent combiner difficilement les deux: 19,4% d'entre eux déclarent que les longues journées de travail perturbent l'équilibre recherché.

Toutes catégories - sociales et professionnelles - confondues, c'est en Wallonie - où les longs trajets pour se rendre au travail sont pointés - que les travailleurs affirment rencontrer le plus de difficultés (44,2%), puis à Bruxelles (33,8%) et enfin en Flandre (27,3%).

Du côté privé, les soins aux jeunes enfants occupent une place centrale jusqu'à 50 ans. "14,7% des personnes interrogées (27.000) ayant de jeunes enfants ont réduit leur temps de travail afin de rendre la conciliation de la vie professionnelle et de la vie familiale plus supportable", précise Statbel. Ce sont encore bien plus souvent des femmes (24,2%) que des hommes (5,6%) qui assument cette décision.