Un mois après avoir levé un milliard de dollars sous forme de dettes et de titres de participation auprès de deux nouveaux investisseurs (Silver Lake et Sixth Street Partners), Airbnb se voit contrainte de licencier un quart de ses employés dans le monde entier, soit environ 1.900 salariés. Cette décision fait partie d'une stratégie plus large qui c...

Un mois après avoir levé un milliard de dollars sous forme de dettes et de titres de participation auprès de deux nouveaux investisseurs (Silver Lake et Sixth Street Partners), Airbnb se voit contrainte de licencier un quart de ses employés dans le monde entier, soit environ 1.900 salariés. Cette décision fait partie d'une stratégie plus large qui consiste à replacer la plateforme de locations au coeur de son métier de base. Ces licenciements sont, en effet, liés à une réduction voire un arrêt de développement dans de nouveaux domaines : les transports, les studios, l'arrivée des hôtels dans son offre et des propositions de voyages de luxe. Seul Expériences, le nouveau dada de Brian Chesky, cofondateur et CEO d'Airbnb, qui permet aux hôtes de proposer des sorties à leurs locataires, échappe à ce stade au couperet. Dans le même temps, Chesky et les autres cofondateurs ont abandonné leur salaire. Quant au top management, il a accepté une baisse de salaire de 50 % pendant six mois. Même genre de démarche du côté d'Uber où Dara Khosrowshahi, le CEO, laisse tomber son salaire jusqu'à la fin de l'année. Pour limiter la casse (Uber avait déjà 8,5 milliards de dettes à la fin 2019), le patron a aussi annoncé le licenciement de 14 % de ses employés dans le monde, soit 3.700 personnes. Les profils visés sont issus des équipes de recrutement, des ressources humaines et de services généraux. Mais aussi des Greenlight hubs, ces centres de formation et d'inscription des chauffeurs. Uber va en fermer 180 sur les 450 répartis dans le monde. Jusqu'ici, Uber a mieux résisté que Lyft, son principal concurrent américain, en raison de la forte croissance enregistrée par Eats, son service de livraison de plats dopé par la fermeture des restaurants.