"Le marché du voyage en Allemagne et en Grande-Bretagne va vraisemblablement se rétracter, mais nous allons gagner des parts de marché", a déclaré mardi Fritz Joussen, le patron de TUI, mardi lors de la présentation des résultats trimestriels à Hanovre. Il a également indiqué ne plus espérer de livraisons de Boeing 737 MAX pour cette année.

D'ici fin septembre, M. Joussen s'attend à une forte croissance du chiffre d'affaires. Le bénéfice opérationnel devrait se situer à la fin de cet exercice décalé entre 850 millions et 1,05 milliard d'euros. La fourchette basse est inférieure d'environ 100 millions d'euros à d'habitude, car TUI prend en compte les coûts inhérents à la crise du Boeing 737 MAX.

"Le marché du voyage en Allemagne et en Grande-Bretagne va vraisemblablement se rétracter, mais nous allons gagner des parts de marché", a déclaré mardi Fritz Joussen, le patron de TUI, mardi lors de la présentation des résultats trimestriels à Hanovre. Il a également indiqué ne plus espérer de livraisons de Boeing 737 MAX pour cette année. D'ici fin septembre, M. Joussen s'attend à une forte croissance du chiffre d'affaires. Le bénéfice opérationnel devrait se situer à la fin de cet exercice décalé entre 850 millions et 1,05 milliard d'euros. La fourchette basse est inférieure d'environ 100 millions d'euros à d'habitude, car TUI prend en compte les coûts inhérents à la crise du Boeing 737 MAX.