Habitué des aces, des "passing shots" ou encore des victoires éclatantes de Novak Djokovic, Roger Federer ou de Serena Williams lors du traditionnel US Open de tennis, le court Arthur Ashe du parc de Flushing Meadows à New York va devenir le théâtre ce week-end d'un autre événement sportif, électronique cette fois-ci.
...

Habitué des aces, des "passing shots" ou encore des victoires éclatantes de Novak Djokovic, Roger Federer ou de Serena Williams lors du traditionnel US Open de tennis, le court Arthur Ashe du parc de Flushing Meadows à New York va devenir le théâtre ce week-end d'un autre événement sportif, électronique cette fois-ci.La Coupe du monde du jeu vidéo Fortnite, première du nom, va réunir pendant trois jours les meilleurs joueurs de la planète. Ceux-ci vont tenter de décrocher le titre mondial, dans trois catégories différentes (en solo, en duo et en mode créatif).Pour rappel, Fortnite est, à l'instar d'Hunger Games, basé sur le même principe que Battle Royale (en référence au film japonais du même nom), dont le but est d'être la dernière personne (ou l'équipe) encore en vie. Dans ce cas précis, ce sont 100 joueurs qui sont lancés à l'assaut d'une île, sur laquelle ils doivent collecter armes et diverses ressources (bois, brique, métal, utiles pour les diverses constructions en vue de se protéger des tirs, notamment) pour éliminer les adversaires et terminer, dans la mesure du possible, dans les derniers survivants. La difficulté supplémentaire est que la zone "jouable" de l'île se réduit progressivement, jusqu'à se refermer complètement. Une partie dure maximum 26 minutes. Mais les compétiteurs vont également se battre pour la coquette somme promise aux vainqueurs. Le prize-money de cette "World Cup" s'élève à 30 millions de dollars (soit 27 millions d'euros), dont 3 pour le gagnant du mode solo, 1,8 pour le deuxième, 1,2 pour le troisième, etc. Les joueurs classés de la 21e à la 100e place sont assurés de remporter 50.000 dollars (voir les détails en tableaux plus bas). Du jamais-vu dans la récente histoire de l'e-sport. Pour se faire une idée, le tournoi de l'US Open de tennis sera doté cette année de 57 millions de dollars (dont 3,8 pour les vainqueurs du tableau du simple masculin et féminin), un record.Une autre compétition, basée elle sur le "fun", est également organisée, le "Pro-AM". Elle réunira 50 duos composés d'un joueur professionnel ou d'un animateur spécialiste du jeu et d'une célébrité, comme des joueurs de basket-ball ou des artistes. Le duo vainqueur remporte ici également 3 millions de dollars, qui seront reversés à une association de leur choix. 40 millions de personnes ont tenté leur chanceSuivi en direct sur le site de streaming Twitch (propriété d'Amazon), YouTube, Facebook, Twitter mais aussi directement dans le jeu et ce partout dans le monde par des millions de fans, l'événement accueillera des dizaines de milliers de personnes dans l'impressionnant stade new-yorkais, qui peut compter jusqu'à 24.000 spectateurs. Epic Games, éditeur américain du jeu vidéo, détenu à 40% par le géant chinois Tencent, et connu jusque-là surtout pour ses jeux Unreal Tournament ou encore Gears of War, a décidé de mettre les petits plats dans les grands. En plus de la compétition en elle-même, le studio de développement fera la part belle aux spectateurs, avec le Fortnite Fan Festival, un mini-parc d'attractions rempli d'activités en référence au jeu. Pour le côté e-sportif, un véritable show "made in USA" est attendu. La majorité des places pour assister à l'événement ont déjà trouvé acquéreur, dont le prix de vente démarrait à 50 euros.Au total, Epic Games aura investi 100 millions de dollars dans sa "World Cup", car 1 million de dollars a également été alloué pour chaque semaine de qualification. En effet, la course au titre de champion du monde était ouverte à tous et la participation totalement gratuite. L'éditeur américain a annoncé que 40 millions de joueurs ont tenté leur chance pour décrocher le "Graal". Dans les différentes parties du monde (Europe, Asie, Océanie, Brésil, Amérique du Nord), les meilleurs joueurs se sont affrontés pendant 2 jours par semaine entre le 13 avril et le 16 juin. Et la sélection était drastique : pour la zone Europe, par exemple, après une demi-finale éliminant les moins bons joueurs, la finale pour rejoindre New York regroupait les 2.000 meilleurs joueurs solo (1.000 meilleurs pour le mode duo) dont à peine 8 étaient qualifiés (et 4 duos) par semaine. Faites le compte : 40 joueurs en solo et 20 duos issus de l'Europe s'affronteront à New York. Et parmi eux, deux Belges : Howard Castiaux (Noward dans le jeu), originaire d'Uccle, s'est qualifié pour la compétition en duo avec son binôme suisse Jérémy Dang (4zr dans le jeu), et Evan Depauw (DRG dans le jeu), de Jemeppe, qui s'est quant à lui qualifié pour le format solo. La "success-story" Epic GamesSi l'éditeur du jeu Epic Games a pu investir des sommes aussi colossales dans le jeu, c'est parce que le studio a réussi à générer des rentrées d'argent impressionnantes en très peu de temps et ce grâce au système de micro-transactions. Si le jeu reste gratuit et disponible sur presque tous les supports (PC, consoles, téléphones mobiles), ses afficionados se sont rués sur les différents personnages, accessoires et danses qu'il pouvait offrir (de nouveaux apparaissent très régulièrement), à des prix assez variables, mais qui n'apportent aucun avantage compétitif dans le jeu. Il ne s'agit là que de pur esthétisme .Ainsi, on apprend que Fortnite Battle Royale aurait généré pas moins de 3 milliards de dollars de bénéfices entre septembre 2017 (date de sa sortie) et février 2019. Mais l'entreprise lancée en 1991 reste assez discrète sur ses finances. On peut donc penser que les chiffres réels se situent bien au-dessus de ceux-ci. La valeur totale de la société a, quant à elle, été estimée fin 2018 à 15 milliards de dollars. Autre chiffre impressionnant : le jeu compterait, au total, plus de 200 millions de joueurs. Selon L'Equipe, 10 millions de personnes étaient connectées en même temps début février de cette année. En moins de deux ans, Epic Games aura réussi à exploser tous les records du genre, et son point d'orgue ce week-end à Big Apple risque bien d'être "Royale".