Marchandise

Basée à Engis, Marchandise est active dans la vente et la location de machines de génie civil et de manutention tout-terrain en Belgique et au Luxembourg.

Depuis près de 25 ans, Marchandise ne cesse de progresser dans nos classements. " C'est la première fois que nous entrons dans la catégorie des grandes entreprises ", note Ivan Marchandise, administrateur délégué. La société Marchandise est née en 1998 avec la reprise des Etablissements Deville, fondés en 1958, qui distribuaient à l'origine des engins agricoles auxquels se sont ajoutées 10 ans plus tard les machines de la marque Manitou, entreprise française spécialisée dans la fabrication d'engins de manutention, d'élévation, de terrassement, etc.

Implantée à l'origine à Ombret, Marchandise emménage en 2015 dans un tout nouveau bâtiment situé dans le parc industriel d'Hermalle-sous-Huy. " Ce déménagement nous a apporté une plus grande visibilité ainsi que des capacités de stockage plus importantes, souligne Ivan Marchandise. Sans oublier une superficie accrue tant pour l'atelier que pour le parking. " Le nouvel emplacement a également dopé la croissance de la société liégeoise. En témoigne le chiffre d'affaires qui a grimpé de 12 à 22 millions d'euros entre 2016 et 2021.

"Notre déménagement en 2015 nous a apporté une plus grande visibilité et a contribué à notre croissance"

Yvan Marchandise (administrateur délégué)

Marchandise a aussi beaucoup investi ces dernières années dans de nouvelles machines afin d'étoffer sa gamme dans laquelle on retrouve une bonne demi-douzaine de marques, dont Manitou et Toyota sont les fers de lance. La flotte de location comprend 550 machines. " Outre la taille de notre parc destiné à la location, ce qui nous a permis de progresser est la qualité des services que nous prodiguons à nos clients, notamment pour la maintenance, l'entretien ou le dépannage, mais aussi en matière de formations des opérateurs ", ajoute l'administrateur délégué. Marchandise, qui emploie une petite cinquantaine de collaborateurs, occupe actuellement un terrain de 21.000 m2 qui va lui permettre d'accompagner la croissance qui se dessine dans les années qui viennent.

Congrès Hôtel Van Der Valk Liège

Ouvert à l'été 2018, le Congrès Hôtel Van Der Valk Liège a connu un beau départ avant d'être frappé par la crise sanitaire, mais le toucan a retrouvé ses couleurs.

MARCO WOHRMANN, directeur général du Congrès Hotel Van der Valk Liège. © pg , PG
MARCO WOHRMANN, directeur général du Congrès Hotel Van der Valk Liège. © pg © PG

Repris en 2015 par le groupe Van Der Valk, l'Hôtel Liège Congrès (anciennement Holiday Inn) a ouvert ses portes en 2018 après une rénovation qui a duré deux ans et demi et représenté un investissement de l'ordre de 25 millions d'euros. " Quand nous avons repris cet établissement, le taux d'occupation tournait autour de 50%, explique François Breuer, directeur financier des Hôtels Van Der Valk Wallonie. En 2019, nous affichions un taux d'occupation de 73,5 %. A l'image de l'ensemble du secteur, nous avons été touchés en 2020 et 2021 par la crise sanitaire. "

"Quand nous avons repris cet établissement, le taux d'occupation tournait autour de 50%. En 2019, nous affichions un taux d'occupation de 73,5%"

François Breuer (directeur financier)

" Nous avons toutefois continué à travailler et environ un quart de nos chambres ont été occupées durant cette période car nous accueillons les équipages des compagnies cargos qui desservent l'aéroport de Liège. Par ailleurs, Liège est une ville qui attire des touristes du Benelux et pour l'essentiel néerlandophones. Nous avons ainsi pu bénéficier du fait que notre clientèle est relativement proche et ne pouvait pas effectuer de grands voyages. " Situé en bord de Meuse, le Congrès Hôtel Van Der Valk Liège compte 219 chambres ainsi que des salles de réunion.

L'hôtel principautaire, qui emploie actuellement 75 personnes, présente la caractéristique de réaliser un chiffre d'affaires (10,7 millions d'euros en 2019) qui se répartit à égalité entre les nuitées et le food and beverage (restauration). " Pour notre hôtel de Verviers, la proportion de la restauration compte presque pour les deux tiers ", ajoute-t-il. Après deux années difficiles, l'hôtel a retrouvé des couleurs et ses clients tant particuliers que business. Un petit bémol cependant à ce regain d'activité printanier : la hausse des prix de l'énergie. " En 2019, nous acquittions pour Liège une facture d'électricité mensuelle de 28.000 euros, elle est aujourd'hui de 67.000 euros. Nous avons donc dû augmenter nos prix ", conclut le CFO.

Barbarich

Implantée à Herve, Barbarich importe du monde entier des snacks, boissons et confiseries qu'elle distribue sur les marchés belge, français et luxembourgeois.

PG
© PG

C'est en 1983 qu'Aldo Barbarich fonde la société éponyme. A l'époque, elle se spécialise dans la vente de produits de confiserie. En 1995, il est rejoint par son fils Vlatko, qui reprend l'entreprise en 2006. " Jusqu'à cette époque, nous proposions des produits locaux aux boulangeries, épiceries, librairies, etc., explique Vlatko Barbarich, CEO. Nous avons progressivement étoffé notre offre au-delà de la confiserie avec des snacks et boissons. Notre objectif est d'aller chercher à l'étranger des marques connues avec des saveurs originales qui n'existent pas chez nous. Par ailleurs, nous faisons également découvrir de nouveaux produits pour lesquels nous avons l'exclusivité comme la gamme de chips bretonne Bret's. "

Nous faisons également découvrir de nouveaux produits pour lesquels nous avons l'exclusivité.

Aujourd'hui, l'entreprise propose plus d'un millier de références qu'elle destine à une large clientèle composée de la grande distribution ainsi que de plus petits commerces. En 2019, la société limbourgeoise Joskie a rejoint Barbarich et va, avec le concours de son fondateur Jos Donders, développer le marché au nord du pays. Une acquisition qui a boosté la progression de notre Gazelle. En 2020, Barbarich a investi dans ses bâtiments, triplant son volume de stockage et aménageant également un nouvel espace de bureaux. Se dotant donc des outils nécessaires afin de poursuivre sa croissance. " Je préfère dire une évolution rapide et encadrée, intervient Vincent de Hey, directeur général. Nous devons nous réinventer, faire preuve d'agilité et continuer à investir dans nos équipes et les produits au bénéfice de nos clients. Il est très important que nos collaborateurs puissent évoluer au sein de l'entreprise en fonction de leurs talents. " Active en Belgique ainsi qu'au Luxembourg et en France, Barbarich ambitionne de se développer à l'international et continuer à galoper à son rythme dans nos tableaux.

Basée à Engis, Marchandise est active dans la vente et la location de machines de génie civil et de manutention tout-terrain en Belgique et au Luxembourg.Depuis près de 25 ans, Marchandise ne cesse de progresser dans nos classements. " C'est la première fois que nous entrons dans la catégorie des grandes entreprises ", note Ivan Marchandise, administrateur délégué. La société Marchandise est née en 1998 avec la reprise des Etablissements Deville, fondés en 1958, qui distribuaient à l'origine des engins agricoles auxquels se sont ajoutées 10 ans plus tard les machines de la marque Manitou, entreprise française spécialisée dans la fabrication d'engins de manutention, d'élévation, de terrassement, etc. Implantée à l'origine à Ombret, Marchandise emménage en 2015 dans un tout nouveau bâtiment situé dans le parc industriel d'Hermalle-sous-Huy. " Ce déménagement nous a apporté une plus grande visibilité ainsi que des capacités de stockage plus importantes, souligne Ivan Marchandise. Sans oublier une superficie accrue tant pour l'atelier que pour le parking. " Le nouvel emplacement a également dopé la croissance de la société liégeoise. En témoigne le chiffre d'affaires qui a grimpé de 12 à 22 millions d'euros entre 2016 et 2021. Marchandise a aussi beaucoup investi ces dernières années dans de nouvelles machines afin d'étoffer sa gamme dans laquelle on retrouve une bonne demi-douzaine de marques, dont Manitou et Toyota sont les fers de lance. La flotte de location comprend 550 machines. " Outre la taille de notre parc destiné à la location, ce qui nous a permis de progresser est la qualité des services que nous prodiguons à nos clients, notamment pour la maintenance, l'entretien ou le dépannage, mais aussi en matière de formations des opérateurs ", ajoute l'administrateur délégué. Marchandise, qui emploie une petite cinquantaine de collaborateurs, occupe actuellement un terrain de 21.000 m2 qui va lui permettre d'accompagner la croissance qui se dessine dans les années qui viennent. Ouvert à l'été 2018, le Congrès Hôtel Van Der Valk Liège a connu un beau départ avant d'être frappé par la crise sanitaire, mais le toucan a retrouvé ses couleurs.Repris en 2015 par le groupe Van Der Valk, l'Hôtel Liège Congrès (anciennement Holiday Inn) a ouvert ses portes en 2018 après une rénovation qui a duré deux ans et demi et représenté un investissement de l'ordre de 25 millions d'euros. " Quand nous avons repris cet établissement, le taux d'occupation tournait autour de 50%, explique François Breuer, directeur financier des Hôtels Van Der Valk Wallonie. En 2019, nous affichions un taux d'occupation de 73,5 %. A l'image de l'ensemble du secteur, nous avons été touchés en 2020 et 2021 par la crise sanitaire. "" Nous avons toutefois continué à travailler et environ un quart de nos chambres ont été occupées durant cette période car nous accueillons les équipages des compagnies cargos qui desservent l'aéroport de Liège. Par ailleurs, Liège est une ville qui attire des touristes du Benelux et pour l'essentiel néerlandophones. Nous avons ainsi pu bénéficier du fait que notre clientèle est relativement proche et ne pouvait pas effectuer de grands voyages. " Situé en bord de Meuse, le Congrès Hôtel Van Der Valk Liège compte 219 chambres ainsi que des salles de réunion. L'hôtel principautaire, qui emploie actuellement 75 personnes, présente la caractéristique de réaliser un chiffre d'affaires (10,7 millions d'euros en 2019) qui se répartit à égalité entre les nuitées et le food and beverage (restauration). " Pour notre hôtel de Verviers, la proportion de la restauration compte presque pour les deux tiers ", ajoute-t-il. Après deux années difficiles, l'hôtel a retrouvé des couleurs et ses clients tant particuliers que business. Un petit bémol cependant à ce regain d'activité printanier : la hausse des prix de l'énergie. " En 2019, nous acquittions pour Liège une facture d'électricité mensuelle de 28.000 euros, elle est aujourd'hui de 67.000 euros. Nous avons donc dû augmenter nos prix ", conclut le CFO. Implantée à Herve, Barbarich importe du monde entier des snacks, boissons et confiseries qu'elle distribue sur les marchés belge, français et luxembourgeois. C'est en 1983 qu'Aldo Barbarich fonde la société éponyme. A l'époque, elle se spécialise dans la vente de produits de confiserie. En 1995, il est rejoint par son fils Vlatko, qui reprend l'entreprise en 2006. " Jusqu'à cette époque, nous proposions des produits locaux aux boulangeries, épiceries, librairies, etc., explique Vlatko Barbarich, CEO. Nous avons progressivement étoffé notre offre au-delà de la confiserie avec des snacks et boissons. Notre objectif est d'aller chercher à l'étranger des marques connues avec des saveurs originales qui n'existent pas chez nous. Par ailleurs, nous faisons également découvrir de nouveaux produits pour lesquels nous avons l'exclusivité comme la gamme de chips bretonne Bret's. " Aujourd'hui, l'entreprise propose plus d'un millier de références qu'elle destine à une large clientèle composée de la grande distribution ainsi que de plus petits commerces. En 2019, la société limbourgeoise Joskie a rejoint Barbarich et va, avec le concours de son fondateur Jos Donders, développer le marché au nord du pays. Une acquisition qui a boosté la progression de notre Gazelle. En 2020, Barbarich a investi dans ses bâtiments, triplant son volume de stockage et aménageant également un nouvel espace de bureaux. Se dotant donc des outils nécessaires afin de poursuivre sa croissance. " Je préfère dire une évolution rapide et encadrée, intervient Vincent de Hey, directeur général. Nous devons nous réinventer, faire preuve d'agilité et continuer à investir dans nos équipes et les produits au bénéfice de nos clients. Il est très important que nos collaborateurs puissent évoluer au sein de l'entreprise en fonction de leurs talents. " Active en Belgique ainsi qu'au Luxembourg et en France, Barbarich ambitionne de se développer à l'international et continuer à galoper à son rythme dans nos tableaux.