Alors qu'il s'ennuyait dans sa carrière d'ingénieur textile et pressentait la transition vers des moyens de transport alternatifs à l'automobile, Jean-Eric Kies a eu en 2018 un déclic: changer de cap professionnel pour s'investir à fond dans TreeBike. En gros, une offre innovante de triporteurs modernes. Drôle d'idée? "Pas vraiment, juge le quinqua. J'ai choisi de me focaliser sur ces engins multifonctionnels à trois roues car ils représentent un marché encore peu concurrentiel en Belgique. Mais en progression!"
...

Alors qu'il s'ennuyait dans sa carrière d'ingénieur textile et pressentait la transition vers des moyens de transport alternatifs à l'automobile, Jean-Eric Kies a eu en 2018 un déclic: changer de cap professionnel pour s'investir à fond dans TreeBike. En gros, une offre innovante de triporteurs modernes. Drôle d'idée? "Pas vraiment, juge le quinqua. J'ai choisi de me focaliser sur ces engins multifonctionnels à trois roues car ils représentent un marché encore peu concurrentiel en Belgique. Mais en progression!" Dès le départ, Kies crée un workshop régulier autour du développement de son concept. Des gens d'horizons divers en suivent l'avancement et apportent au concepteur leur feed-back. La société amorce son activité commerciale en avril 2020 et en juin, une quinzaine d'assidus au workshop entrent dans l'actionnariat de TreeBike. 60.000 euros de fonds propres sont ainsi injectés, suivis d'un montant équivalent en octobre. Trois des actionnaires (deux commerciaux et un comptable) composent la mini-équipe opérationnelle au côté du fondateur de TreeBike. "On y croit tous parce que le secteur du tricycle est passé de 3% à 9% de part de marché en Belgique entre 2018 et 2019. Et il continue à croître, note Jean-Eric Kies. De plus, notre gamme représente un fameux coup de pédale en avant pour le secteur du triporteur. Nos modèles, prémontés en Chine (mais bientôt au Portugal), sont équipés de plus gros pneus mieux armés pour avaler pavés et rails de tram. Nous avons aussi corrigé un gros défaut de ce type d'engin. Jusqu'ici, le flightcase et les roues avant devaient bouger ensemble pour virer dans la circulation. Sur nos TreeBike, seules les roues sont directionnelles et le gros bac reste fixe. D'où un gain de maniabilité et de fluidité. Troisième plus, nos triporteurs sont les moins chers du marché. Enfin, nous sommes seuls au monde à proposer un TreeBike Skate, modèle exclusif développé par nous." A ce jour, TreeBike a écoulé une centaine d'exemplaires, "70% du modèle Cargo pour livraisons et 30% du modèle Family. Le Foodbike est encore au point mort car il est taillé pour la restauration mobile au sein d'événements... toujours interdits. Quant au modèle Skate, sa commercialisation débute. Nous ambitionnons 1 million d'euros de chiffre d'affaires en 2021, soit la vente d'un bon millier de triporteurs", projette Jean-Eric Kies. Reste à mettre la famille TreeBike en vitrine pour le grand public. La société ne dispose actuellement que de quelques spécimens visibles dans ses sous-sols avenue Louise, à Bruxelles, et d'une boutique virtuelle sur son site. "Patience, l'ouverture d'un concept store/showroom est prévue à Tours et Taxis", assure le boss de TreeBike. Il comportera aussi un magasin d'accessoires ainsi qu'un atelier de réparation et de maintenance dans un espace en verre. Une zone coworking permettra aux clients de travailler en attendant de récupérer leur triporteur."