A l'origine, la famille Schnaïder, basée à Krasnoïarsk en Sibérie, est active dans la vente d'alcools. Fortune faite, elle s'est lancée en 2009 dans la grande distribution sous le nom Torgservis. Rapidement, le groupe entre dans le top 10 des détaillants russes. La formule est imparable: tout moins cher, en moyenne de 20% en dessous de...

A l'origine, la famille Schnaïder, basée à Krasnoïarsk en Sibérie, est active dans la vente d'alcools. Fortune faite, elle s'est lancée en 2009 dans la grande distribution sous le nom Torgservis. Rapidement, le groupe entre dans le top 10 des détaillants russes. La formule est imparable: tout moins cher, en moyenne de 20% en dessous de la concurrence locale la meilleur marché. Pour tenir cette promesse, la marque ne s'embarrasse pas avec les détails: il y a peu d'employés et tout aussi peu de rayons, le client se sert dans les caisses ou sur les palettes. La pandémie qui a considérablement appauvri la population russe devrait encore doper son business. En 2019, le chiffre d'affaires avoisinait 1,6 milliard d'euros. Le groupe possède désormais 1.500 supermarchés d'une superficie variant entre 800 et 1.000 m2 et opère dans une dizaine de pays. En 2017, en effet, Torgservis a ouvert sa première enseigne en Biélorussie sous le nom de Svetofor. Le succès a été fulgurant et ce sont 30 Svetofor qui maillent désormais le territoire biélorusse. L'expansion s'est poursuivie depuis: Chine, Roumanie, Pologne, Lituanie, Kazakhstan, Azerbaïdjan, Serbie, etc. Depuis ce printemps, Torgservis est aussi présent en Europe de l'Ouest sous le nom Mere. Le groupe s'est installé en Allemagne, d'abord à Leipzig, puis à Zwickau et Halle. A Leipzig, le magasin, littéralement pris d'assaut, a dû fermer après cinq jours car il était complètement vide. Logique quand le poulet y était proposé 2 euros le kilo et la bouteille de vin italien à 1,09 euro. Vaut sans doute mieux ne pas être trop regardant sur la composition ou la provenance des produits. La France devrait suivre l'an prochain.