"Les mesures prises par le gouvernement fédéral et qui entreront en vigueur dès le mois de janvier vont fortement affecter notre secteur", rappelle Olivier Leroux, vice-président d'Unitis. "Dans l'immédiat, la suppression du jour de carence et l'allongement de la durée des préavis constituent une réelle menace financière pour toutes les entreprises de titres-services. Et dès juillet 2014, la régionalisation du système des titres-services ne nous garantit pas la pérennité du dispositif actuel."

L'objectif de la journée est également d'informer les entreprises de titres-services sur la nouvelle structure Unitis. Créée en septembre dernier, cette ASBL a pour ambition de représenter l'ensemble des entreprises de titres-services de Belgique et s'est fixée dix objectifs pour garantir la pérennité du secteur et maintenir les 137.000 emplois qui y sont associés. "A ce stade, environ 300 entreprises sont en procédure d'affiliation à notre fédération. Depuis quelques mois, nous rencontrons les différents responsables politiques aux niveaux fédéral et régional. Nous allons poursuivre ce travail", explique Olivier Leroux.

"Les mesures prises par le gouvernement fédéral et qui entreront en vigueur dès le mois de janvier vont fortement affecter notre secteur", rappelle Olivier Leroux, vice-président d'Unitis. "Dans l'immédiat, la suppression du jour de carence et l'allongement de la durée des préavis constituent une réelle menace financière pour toutes les entreprises de titres-services. Et dès juillet 2014, la régionalisation du système des titres-services ne nous garantit pas la pérennité du dispositif actuel." L'objectif de la journée est également d'informer les entreprises de titres-services sur la nouvelle structure Unitis. Créée en septembre dernier, cette ASBL a pour ambition de représenter l'ensemble des entreprises de titres-services de Belgique et s'est fixée dix objectifs pour garantir la pérennité du secteur et maintenir les 137.000 emplois qui y sont associés. "A ce stade, environ 300 entreprises sont en procédure d'affiliation à notre fédération. Depuis quelques mois, nous rencontrons les différents responsables politiques aux niveaux fédéral et régional. Nous allons poursuivre ce travail", explique Olivier Leroux.