Thomas Cook avait annoncé le 12 juillet qu'il était en discussions avancées avec son principal actionnaire le chinois Fosun (17% du capital) et avec ses banques pour être recapitalisé. En échange, Fosun doit prendre une majorité de contrôle dans son activité centrale de tour-opérateur et une part minoritaire substantielle dans sa compagnie aérienne.

Lundi, le voyagiste a souligné qu'il avait depuis "réalisé des progrès importants pour finaliser les termes de cette recapitalisation" avec Fosun et ses créanciers. Il a précisé qu'il espérait pouvoir mettre en place "au début octobre" cette réorganisation, qui comprend le versement de 750 millions de livres de liquidités pour lui permettre de continuer à fonctionner (805 millions d'euros).

Thomas Cook a ajouté toutefois que ces discussions avec ses créanciers portaient désormais aussi sur "l'injection d'un capital supplémentaire d'environ 150 millions de livres, qui soulagera la trésorerie pour la saison hivernale 2019/2020 qui rapporte habituellement moins de recettes".

Spécialiste des vacances clés en main, le voyagiste né il y a 178 ans connaît des difficultés financières à cause de la concurrence des voyagistes en ligne et d'un environnement économique incertain, notamment au Royaume-Uni où le Brexit tarde à se dessiner.

Le cours de son action a fondu depuis 18 mois et son titre a été éjecté de l'indice FTSE-250 des valeurs moyennes de la Bourse de Londres à la fin 2018. Le titre chutait à nouveau lundi matin, avec un recul de 23,91% à 7,33 pence vers 07h20 GMT.