Afin de protéger le secteur des vacances à forfait de la faillite, l'ex-ministre de l'Économie et des Consommateurs Nathalie Muylle (CD&V) a mis en place un système de vouchers pour indemniser les voyageurs dont l'escapade a été annulée en raison de la crise du coronavirus. Valables un an, ces bons sont couverts contre une éventuelle faillite et peuvent donner droit à un remboursement si, arrivés à leur terme, ils n'ont pas été utilisés.

Cette règlementation était néanmoins en vigueur uniquement entre le 19 mars et le 19 juin derniers, pointe Test Achat. "Étant donné que les vouchers qui ne pouvaient pas être refusés ont expiré le 19 juin 2020, cela signifie que tous les bons à valoir décernés par la suite par les agences de voyage ne sont pas protégés contre une éventuelle faillite du voyagiste", explique le porte-parole de l'organisation, Jean-Philippe Ducart.

Test Achat conseille dès lors aux consommateurs d'utiliser les vouchers émis après le 19 juin dernier pour réserver un nouveau voyage. "Les voyages réservés qui ne peuvent avoir lieu en raison du coronavirus sont assurés contre une éventuelle insolvabilité financière de l'organisateur de voyage. Le simple voucher qui n'a pas été converti en voyage ne donne pas cette protection."

Afin de protéger le secteur des vacances à forfait de la faillite, l'ex-ministre de l'Économie et des Consommateurs Nathalie Muylle (CD&V) a mis en place un système de vouchers pour indemniser les voyageurs dont l'escapade a été annulée en raison de la crise du coronavirus. Valables un an, ces bons sont couverts contre une éventuelle faillite et peuvent donner droit à un remboursement si, arrivés à leur terme, ils n'ont pas été utilisés. Cette règlementation était néanmoins en vigueur uniquement entre le 19 mars et le 19 juin derniers, pointe Test Achat. "Étant donné que les vouchers qui ne pouvaient pas être refusés ont expiré le 19 juin 2020, cela signifie que tous les bons à valoir décernés par la suite par les agences de voyage ne sont pas protégés contre une éventuelle faillite du voyagiste", explique le porte-parole de l'organisation, Jean-Philippe Ducart. Test Achat conseille dès lors aux consommateurs d'utiliser les vouchers émis après le 19 juin dernier pour réserver un nouveau voyage. "Les voyages réservés qui ne peuvent avoir lieu en raison du coronavirus sont assurés contre une éventuelle insolvabilité financière de l'organisateur de voyage. Le simple voucher qui n'a pas été converti en voyage ne donne pas cette protection."