Le modèle pouvait être immédiatement commandé sur le site internet du groupe au prix de 35.000 dollars avant les taxes, a précisé Tesla, réalisant ainsi avec plus de deux ans de retard sa promesse initiale. Le PDG Elon Musk avait annoncé en mars 2016, lors du dévoilement de la Model 3, que ce véhicule, dont le but était de convaincre les masses à se convertir à l'électrique, allait être vendu au prix de base de 35.000 dollars.

Tesla n'a pas réussi à tenir cette promesse: jusqu'à jeudi, la version la moins chère du Model 3 coûtait au moins 42.900 dollars en dépit de deux baisses de prix consécutives en janvier destinées à répondre à la diminution du crédit d'impôt fédéral accordé aux voitures propres.

A 35.000 dollars, la Model 3 va rogner les marges de Tesla, qui brûle déjà beaucoup d'argent pour soutenir ses augmentations en cadence.

"Nous ne pensons pas être rentables au premier trimestre", a déclaré Elon Musk lors d'une conférence de presse. Il pense que l'entreprise le sera probablement au deuxième.

En ligne uniquement

Pour renouer avec les bénéfices, Tesla s'en remet aux économies et va complètement changer de modèle de distribution. Il vendra ainsi désormais ses voitures directement en ligne et va par conséquent fermer des boutiques à travers le monde, n'en gardant plus qu'un "petit nombre" qui seront transformées en "galeries" ou points d'information sur les technologies autonomes et électriques.

Cette décision "va nous permettre de baisser les prix des véhicules d'environ 6% en moyenne", justifie Tesla, qui possédait 378 boutiques fin décembre.

Désormais, un consommateur achetant une Tesla le fera en ligne avec l'option de renvoyer la voiture dans les sept jours suivant sa livraison pour être intégralement remboursé.