Elon Musk, le patron de Tesla, ne fait rien comme ses concurrents. Y compris pour la lutte contre l'épidémie du coronavirus. Il a fait la sourde oreille aux mesures prises par le comté d'Alamada, où est située l'usine de Fremont, qui oblige les entreprises à fermer, sauf les "business essentiels", dont ne font pas partie les usines automobiles.
...

Elon Musk, le patron de Tesla, ne fait rien comme ses concurrents. Y compris pour la lutte contre l'épidémie du coronavirus. Il a fait la sourde oreille aux mesures prises par le comté d'Alamada, où est située l'usine de Fremont, qui oblige les entreprises à fermer, sauf les "business essentiels", dont ne font pas partie les usines automobiles. Tesla a fini par accepter de suspendre la production à partir de lundi en fin de journée. Toutefois l'usine de batteries, la Gigafactory, située au Nevada, continuera à fonctionner.Selon le New York Times, Elon Musk semble sous-estimer la menace du coronavirus, "même s'il a dit que l'entreprise était prête à produire des systèmes de ventilation pour les hôpitaux." Il estime que la panique créée par le coronavirus pourrait être plus dommageable que l'épidémie elle-même.Cette réticence à arrêter tient sans doute au profil financier de Tesla, qui est fort endetté et n'a quasiment jamais fait de bénéfices. La croissance des ventes devrait améliorer les choses, notamment avec une nouvelle auto, le Model Y (un SUV du format du Model 3), qui devait contribuer à pousser les livraisons globales de 36% cette année.L'entreprise a rappelé qu'elle disposait, à la fin 2019, de 6,3 milliards de dollars de cash, plus 2,3 milliards de dollars levés au cours d'une augmentation de capital. "Nous pensions que ce niveau de liquidité est suffisant pour naviguer dans une période étendue d'incertitude. A la fin du quatrième trimestre de 2019, nous disposions de ligne de crédit d'environ 3 milliards de dollars(...)."Tesla assure aussi que "dans beaucoup d'endroit, nous sommes en train de mettre en place des livraisons sans contact ("touchless deliveries"), ainsi les clients peuvent continuer se faire livrer leur véhicule de manière sûre." L'occasion d'un coup de pub pour l'approche Tesla : "Grâce à l'unique connectivité de nos véhicules, les clients peuvent ouvrir leur auto sur le parking de livraison via l'application Tesla."Ailleurs aux Etats-Unis, Ford, General Motors et Fiat Chrysler ont fini par arrêter la production dans des usines, aux USA, souvent sur la pression du syndicat United Auto Workers, jusqu'au 30 mars. Ils suivent la même approche adoptée par les constructeurs en Europe.