En cette fin de semaine, l'image ou plutôt les images qui restent à l'esprit, ce sont ces hordes de manifestants pro-Trump qui ont envahi le Capitole.

Il est aussi possible de garder à l'esprit que Twitter et Facebook ont suspendu les comptes de Donald Trump, une première pour le président de la première puissance économique mondiale.

Pour ma part, vous commencez à me connaitre, je préfère vous parler de Tesla et de son génial fondateur Elon Musk. C'est à la fois du glamour, l'expression du génie humain mais aussi des interrogations sur notre avenir. Et tout ça au départ d'une action, celle du constructeur automobile Tesla.

Premier chiffre à garder en mémoire, tellement il est dingue : en 2020, l'action Tesla a grimpé de 743% ! Et donc, aujourd'hui, le constructeur de voitures électriques pèse plus de 700 milliards de dollars en Bourse.

Je parle de génie humain, parce que Tesla n'existe que par la volonté de son fondateur, le génial Elon Musk, un australien de 49 ans, qui a quitté son pays sans un rond, et même avec les critiques de son père qui le prenait pour un doux rêveur. Personne, absolument personne n'aurait pu imaginer qu'un jeune homme pouvait - de par sa volonté, sans être un héritier, sans être pistonné - créer une marque automobile de zéro et concurrencer les plus grands. C'est du jamais vu.

Elon Musk en est d'ailleurs récompensé, puisque depuis quelques jours, il est devenu l'homme le plus riche du monde avec plus de 180 milliards de dollars de fortune. Il vient de dépasser d'une tête - c'est-à-dire 1,5 milliard de dollars - Jeff Bezos, le patron d'Amazon qui détenait jusqu'à présent le titre d'homme le plus riche du monde.

Mais revenons à Tesla. Aujourd'hui, cette société est valorisée en Bourse plus que la combinaison de marques aussi connues que Toyota, Volkswagen, Mercedes, General Motors, Ferrari, BMW, Honda, Hyundai, Fiat Chrysler, Ford et PSA. C'est dingue ! Complètement fou, car la Bourse, en valorisant Tesla autant que toutes ces firmes, est en train de nous faire passer un drôle de message. Cela revient à dire que Tesla va produire à l'avenir toutes les voitures électriques du monde.

C'est évidemment une hérésie complète, une hallucination. Je rappelle que Tesla ne produit pour l'instant que 500.000 voitures par an. Et le très ironique Marc Fiorentino s'est d'ailleurs amusé à diviser la valeur de Tesla par le nombre de voitures vendues et on arrive... à 1.43 million de dollars par Tesla vendue. Encore une fois, c'est hallucinant. C'est la raison pour laquelle les investisseurs disent de Tesla, que c'est le bitcoin de l'automobile!

En cette fin de semaine, l'image ou plutôt les images qui restent à l'esprit, ce sont ces hordes de manifestants pro-Trump qui ont envahi le Capitole. Il est aussi possible de garder à l'esprit que Twitter et Facebook ont suspendu les comptes de Donald Trump, une première pour le président de la première puissance économique mondiale. Pour ma part, vous commencez à me connaitre, je préfère vous parler de Tesla et de son génial fondateur Elon Musk. C'est à la fois du glamour, l'expression du génie humain mais aussi des interrogations sur notre avenir. Et tout ça au départ d'une action, celle du constructeur automobile Tesla.Premier chiffre à garder en mémoire, tellement il est dingue : en 2020, l'action Tesla a grimpé de 743% ! Et donc, aujourd'hui, le constructeur de voitures électriques pèse plus de 700 milliards de dollars en Bourse. Je parle de génie humain, parce que Tesla n'existe que par la volonté de son fondateur, le génial Elon Musk, un australien de 49 ans, qui a quitté son pays sans un rond, et même avec les critiques de son père qui le prenait pour un doux rêveur. Personne, absolument personne n'aurait pu imaginer qu'un jeune homme pouvait - de par sa volonté, sans être un héritier, sans être pistonné - créer une marque automobile de zéro et concurrencer les plus grands. C'est du jamais vu.Elon Musk en est d'ailleurs récompensé, puisque depuis quelques jours, il est devenu l'homme le plus riche du monde avec plus de 180 milliards de dollars de fortune. Il vient de dépasser d'une tête - c'est-à-dire 1,5 milliard de dollars - Jeff Bezos, le patron d'Amazon qui détenait jusqu'à présent le titre d'homme le plus riche du monde. Mais revenons à Tesla. Aujourd'hui, cette société est valorisée en Bourse plus que la combinaison de marques aussi connues que Toyota, Volkswagen, Mercedes, General Motors, Ferrari, BMW, Honda, Hyundai, Fiat Chrysler, Ford et PSA. C'est dingue ! Complètement fou, car la Bourse, en valorisant Tesla autant que toutes ces firmes, est en train de nous faire passer un drôle de message. Cela revient à dire que Tesla va produire à l'avenir toutes les voitures électriques du monde.C'est évidemment une hérésie complète, une hallucination. Je rappelle que Tesla ne produit pour l'instant que 500.000 voitures par an. Et le très ironique Marc Fiorentino s'est d'ailleurs amusé à diviser la valeur de Tesla par le nombre de voitures vendues et on arrive... à 1.43 million de dollars par Tesla vendue. Encore une fois, c'est hallucinant. C'est la raison pour laquelle les investisseurs disent de Tesla, que c'est le bitcoin de l'automobile!