Le débrayage est dû à l'absence de mesures prises par la société pour préserver la santé de ses employés, alors que des traces d'amiante ont été détectées lors de travaux de rénovation. Des problèmes relatifs aux vestiaires et douches dans le dépôt font aussi partie des griefs.

"Environ 90% des personnes qui devaient commencer entre 16h00 (mardi) et 6h00 (mercredi) ne sont pas présentées au travail", a précisé Hans Elsen. Une rencontre entre les syndicats et la direction du manutentionnaire des vols cargo est prévue ce mercredi.

"Nous avons rendez-vous à 11h00 chez Brussels Airport Company (BAC), avec la direction de Swissport", a complété Fouad Bougrine, du syndicat libéral ACLVB. "Nous allons tirer la sonnette d'alarme et dire que nous en avons marre d'être entre le marteau et l'enclume." D'après le syndicaliste, l'exploitant de l'aéroport et la société de manutention se rejettent la responsabilité du problème.

Le débrayage est dû à l'absence de mesures prises par la société pour préserver la santé de ses employés, alors que des traces d'amiante ont été détectées lors de travaux de rénovation. Des problèmes relatifs aux vestiaires et douches dans le dépôt font aussi partie des griefs. "Environ 90% des personnes qui devaient commencer entre 16h00 (mardi) et 6h00 (mercredi) ne sont pas présentées au travail", a précisé Hans Elsen. Une rencontre entre les syndicats et la direction du manutentionnaire des vols cargo est prévue ce mercredi."Nous avons rendez-vous à 11h00 chez Brussels Airport Company (BAC), avec la direction de Swissport", a complété Fouad Bougrine, du syndicat libéral ACLVB. "Nous allons tirer la sonnette d'alarme et dire que nous en avons marre d'être entre le marteau et l'enclume." D'après le syndicaliste, l'exploitant de l'aéroport et la société de manutention se rejettent la responsabilité du problème.