L'entreprise avait annoncé lundi qu'elle déposerait le bilan et se déclarerait en faillite auprès du tribunal de commerce néerlandophone de Bruxelles pour son entité Swissport Belgium SA, prestataire de services au sol à Brussels Airport, et pour sa filiale Swissport Belgium Cleaning SA, également active à Zaventem.

Près de 1.500 emplois sont ainsi menacés.

L'entreprise de manutention aéroportuaire, responsable de 60% de la manutention à l'aéroport de Zaventem, connaissait déjà d'importantes difficultés économiques ces dernières années et la crise du coronavirus semble être la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

Réagissant à cette décision du tribunal de commerce, l'UBT-FGTB signale ouvrir un point de contact auquel les travailleurs peuvent s'adresser pour toutes leurs questions : swissport@ubt-fgtb.be.

"Swissport elle-même porte une énorme responsabilité en raison de la mauvaise gestion de l'entreprise. Huit PDG en deux ans n'assurent pas une politique stable visant à sortir l'entreprise du rouge", a déploré le syndicat socialiste, précisant qu'il était "généralement connu que les entreprises de manutention à Zaventem ne sont pas profitables. Swissport et Aviapartner sont tous les deux en mauvaise posture depuis des années. Le fait que des voix s'élèvent pour autoriser la présence de manutentionnaires supplémentaires dans les aéroports nationaux frôle le criminel".

"En outre, le transfert de personnel prévu par la convention collective de travail, qui a été conclu pour le secteur, signifie qu'en cas de reprise, le personnel actuel de Swissport devra également être repris par le nouveau handler opérant à l'aéroport. Une fragmentation sur plusieurs petites entreprises nous semble donc être une mauvaise chose pour les travailleurs", ponctue l'UBT.

Swissport Belgium SA emploie 1.309 personnes tandis que sa filiale dans les services de nettoyage compte quelque 160 employés.

Les responsables de Brussels Airport soulignaient lundi qu'il était "essentiel que la continuité des opérations aéroportuaires puisse être assurée dans les heures et jours qui suivent, et certainement à partir du 15 juin, date de la relance de nombreux vols européens à Brussels Airport."

L'entreprise avait annoncé lundi qu'elle déposerait le bilan et se déclarerait en faillite auprès du tribunal de commerce néerlandophone de Bruxelles pour son entité Swissport Belgium SA, prestataire de services au sol à Brussels Airport, et pour sa filiale Swissport Belgium Cleaning SA, également active à Zaventem. Près de 1.500 emplois sont ainsi menacés. L'entreprise de manutention aéroportuaire, responsable de 60% de la manutention à l'aéroport de Zaventem, connaissait déjà d'importantes difficultés économiques ces dernières années et la crise du coronavirus semble être la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Réagissant à cette décision du tribunal de commerce, l'UBT-FGTB signale ouvrir un point de contact auquel les travailleurs peuvent s'adresser pour toutes leurs questions : swissport@ubt-fgtb.be. "Swissport elle-même porte une énorme responsabilité en raison de la mauvaise gestion de l'entreprise. Huit PDG en deux ans n'assurent pas une politique stable visant à sortir l'entreprise du rouge", a déploré le syndicat socialiste, précisant qu'il était "généralement connu que les entreprises de manutention à Zaventem ne sont pas profitables. Swissport et Aviapartner sont tous les deux en mauvaise posture depuis des années. Le fait que des voix s'élèvent pour autoriser la présence de manutentionnaires supplémentaires dans les aéroports nationaux frôle le criminel". "En outre, le transfert de personnel prévu par la convention collective de travail, qui a été conclu pour le secteur, signifie qu'en cas de reprise, le personnel actuel de Swissport devra également être repris par le nouveau handler opérant à l'aéroport. Une fragmentation sur plusieurs petites entreprises nous semble donc être une mauvaise chose pour les travailleurs", ponctue l'UBT. Swissport Belgium SA emploie 1.309 personnes tandis que sa filiale dans les services de nettoyage compte quelque 160 employés. Les responsables de Brussels Airport soulignaient lundi qu'il était "essentiel que la continuité des opérations aéroportuaires puisse être assurée dans les heures et jours qui suivent, et certainement à partir du 15 juin, date de la relance de nombreux vols européens à Brussels Airport."