"Supermiro ", selon ses concepteurs, serait un peu cet ami qui vous renseigne sur les bons plans, les coins branchés, ou les spots à explorer. Un " pote en poche " puisque Supermiro est une appli sur smartphone et un site web. Et il y en a pour tous les goûts : cours de salsa, expositions, ateliers de sophrologie, spectacles, bars et resto sympas pour faire une halte ou prolonger la soirées, etc. Il n'est pas nécessaire de s'inscrire pour découvrir des événements autour de soi. Mais après connexion, le système apprend au fur et à mesure de la navigation afin de proposer du contenu plus personnalisé. Disponible à Bruxelles depuis le mois de septembre, lancé véritablement au mois de janvier, Supermiro a d'abord exploré Luxembourg-Ville et ses environs avant d'atterrir chez nous.

" J'ai voyagé à travers le monde. J'ai notamment vécu à Paris, New York, et Milan. J'ai ensuite été parachutée à Luxembourg, raconte la Française Elfy Pins, cofondatrice de Supermiro. J'ai découvert qu'il y avait un vrai besoin de retrouver tous les événements, toutes les bonnes adresses, tout ce que l'on pouvait faire sur son temps libre, au même endroit. " Elle lance son service en janvier 2015 avec un ami, Christophe Lutz, et commence à générer des revenus dès le mois d'avril.

Un business model en deux temps. Il y a d'abord du contenu sponsorisé : les organisateurs paient pour mettre leur événement en avant auprès des utilisateurs. " C'est toujours mentionné grâce à un badge 'sponso' ", prévient Elfy Pins. La start-up propose aussi des campagnes de pub intégrées dans les illustrations du site : une pancarte plantée dans le décor de Luxembourg-Ville fait la promotion de comptes auprès d'une grande banque , un avion de la compagnie nationale luxembourgeoise vole au-dessus de la météo puis propose ses destinations dans un menu dédié , etc. En dessinant ces contenus dans les illustrations du site, Supermiro veut éviter de faire fuir ses utilisateurs avec des publicités intempestives. La start-up n'envisage pas de revendre les données générées par la navigation des internautes, mais compte les utiliser pour proposer à ses annonceurs des campagnes plus ciblées. Fondues dans la navigation du site, les campagnes marketing de ces sociétés peuvent espérer atteindre une cible âgée de 20 à 45 ans, en moyenne.

Le coup de pouce de Vorax

Des applications, des sites et des blogs qui épinglent des événements et des bonnes adresses à Bruxelles, il en existe déjà beaucoup sur le Web. Citons pêle-mêle : Meetup, TripAdvisor, Quefaire.be, sans compter les réseaux sociaux comme Facebook. Supermiro fait pourtant le pari d'être un pote incontournable grâce à " Vorax ", son algorithme capable de repérer, d'engloutir, voire de digérer en partie des événements de plusieurs milliers sources. Après sélection sur base d'une série de critères, l'algorithme range ces événements dans différentes catégories, leur ajoute une image, leur affecte des tags, etc. " S'il a un doute, il redirige l'événement vers un modérateur. Un humain prend alors le relais, explique Elfy Pins. Nous avons aussi mis en place une boucle de machine learning, ce qui permet à l'algorithme d'apprendre ce que fait le modérateur. "

Supermiro rassemble déjà 14.000 utilisateurs réguliers à Bruxelles, 64.000 à Luxembourg et dans sa région. Mais ce pote 3.0 ne veut pas s'arrêter là. Il envisage d'explorer d'autres villes de plus de 100.000 habitants.

150 euros

Les campagnes marketing de Supermiro se négocient à partir de 150 euros/7 jours pour le sponsoring d'un événement, et jusqu'à plusieurs milliers d'euros pour les publicités des grandes marques.