Le superbonus se compose de restricted stock units. Même AB InBev ne se donne pas la peine de traduire ce terme complexe. Il s'agit d'actions que les cadres supérieurs se voient attribuer à un moment donné, mais qu'ils n'acquièrent réellement qu'après quelques années. Leur avantage, en comparaison avec les options, est que leur montant est garanti. Ces dernières années, les cadres supérieurs d'AB InBev ont reçu de nombreuses options, mais le prix d'exercice de celles-ci est aujourd'hui très faible, car le cours de l'action du brasseur est au plus bas depuis 2015. De 124 euros fin 2015, il est passé à 47,5 euros vendredi dernier. Personne n'exerce ses options si leur valeur marchande est inférieure à leur prix d'exercice.
...

Le superbonus se compose de restricted stock units. Même AB InBev ne se donne pas la peine de traduire ce terme complexe. Il s'agit d'actions que les cadres supérieurs se voient attribuer à un moment donné, mais qu'ils n'acquièrent réellement qu'après quelques années. Leur avantage, en comparaison avec les options, est que leur montant est garanti. Ces dernières années, les cadres supérieurs d'AB InBev ont reçu de nombreuses options, mais le prix d'exercice de celles-ci est aujourd'hui très faible, car le cours de l'action du brasseur est au plus bas depuis 2015. De 124 euros fin 2015, il est passé à 47,5 euros vendredi dernier. Personne n'exerce ses options si leur valeur marchande est inférieure à leur prix d'exercice.Ces dernières années, les membres de la direction générale ont déjà reçu des restricted stock units, après la réalisation de certains objectifs (notamment financiers). Il s'agissait généralement de quelques milliers d'actions. En mars, par exemple, le CEO Carlos Brito a reçu 26 505 actions de ce type. Elles lui avaient été accordées en mars 2015 et n'étaient disponibles que cinq ans plus tard.Superbonus en temps de pandémieMais en mars dernier, la crise sanitaire a frappé le marché de plein fouet. En bourse, ce fut un mois noir. Le 19 mars 2020, les actions d'AB InBev sont tombées à 29 euros. C'était la panique. Le conseil d'administration, qui n'a tenu que des réunions virtuelles l'année dernière, voulait à tout prix garder ses meilleurs talents à bord. Une situation similaire s'était déjà présentée durant la crise financière de 2008. À l'époque, un superbonus avait également été accordé aux cadres supérieurs.Le 25 mars 2020, l'action était cotée à 40,40 euros. Trois membres du comité de direction ont alors reçu une prime de près de 800 000 de restricted stock units, soit l'équivalent de 32,3 millions d'euros. Ces trois personnes se trouvent juste en dessous Carlos Brito dans l'organisation de l'entreprise. En dessous se trouve le comité exécutif mondial, qui est composé de quatorze personnes. Qui parmi elles a également reçu une partie du superbonus ? Le rapport annuel 2020 d'AB InBev ne le mentionne pas. Au total, 7 millions de ces actions particulières ont été distribués. "Les actions ont été accordées à une cinquantaine de membres de la direction générale", a précisé Ingvild Van Lysebetten, porte-parole d'AB InBev.Le rapport annuel fait état d'un montant d'environ 283 millions d'euros (calculé à 40,40 euros par action). Le rapport annuel précise ce montant en dollars américains, la monnaie de déclaration du brasseur : 307 millions de dollars, selon le taux de conversion (en euros). Le prix à l'acquisition finale des actions, après cinq ans, peut encore varier. Lors de l'attribution finale, le prix de l'action à ce moment sera d'application.Trois cadres supérieursQui sont les trois membres du Comité de direction qui ont reçu ce bonus ? Le premier est David Almeida, le directeur stratégique et technologique du groupe. Il a reçu 456 561 actions spéciales, ce qui correspond à un peu plus de 18,4 millions d'euros. David Almeida, qui possède la double nationalité brésilienne et américaine, est un vétéran du groupe. Il y travaille depuis 1998.Le deuxième est le directeur financier, Fernando Tennenbaum. Il a reçu 228 280 actions, soit 9,2 millions d'euros. Le directeur financier possède également une double nationalité. Il est allemand et brésilien. Il travaille pour le brasseur depuis 2004.Le troisième est John Blood, le directeur juridique et secrétaire général d'AB InBev. Il a reçu 114 140 actions, soit 4,6 millions d'euros. L'Américain a rejoint l'entreprise en 2009.Le groupe est prêt à tout pour ne pas perdre ces trois personnes au cours des cinq prochaines années. Elles sont cruciales pour l'avenir du brasseur. Ensemble, elles ont reçu 32,3 millions d'euros en actions. Actions qu'elles recevront officiellement dans cinq ans.À noter : En mars, Carlos Brito n'a pas reçu de bonus. Ab InBev désire-t-elle se séparer de son CEO ? AB InBev a entamé une procédure en vue du remplacement de son CEO, affirmait la semaine dernière le Financial Times. L'entreprise n'a fait aucun commentaire à ce sujet.