C'est l'un des grands gagnants de la pandémie. Interdit de sorties, de restaurants, de théâtre ou de concerts, le citoyen s'est tourné vers le divertissement à la maison. Netflix en a pleinement profité: en 2020, la plateforme de streaming a gagné 37 millions d'abonnés et a franchi la barre symbolique des 200 millions (203,7) à la ...

C'est l'un des grands gagnants de la pandémie. Interdit de sorties, de restaurants, de théâtre ou de concerts, le citoyen s'est tourné vers le divertissement à la maison. Netflix en a pleinement profité: en 2020, la plateforme de streaming a gagné 37 millions d'abonnés et a franchi la barre symbolique des 200 millions (203,7) à la fin de l'année dernière. Une performance incroyable compte tenu de l'arrivée de nombreux concurrents dont Disney+ qui, lui aussi, casse la baraque. Pour bien comprendre la percée de Netflix, il suffit de constater qu'elle a doublé son nombre d'abonnés en trois ans... Contrairement à ses concurrents ou à la télé classique, le leader mondial produit du contenu bien avant sa diffusion. Il n'a donc pas été affecté par les arrêts de tournage dus à la pandémie et a sorti de solides pépites en 2020 comme Bridgerton, The Queen's Gambitou Midnight Sky, le nouveau film de George Clooney. Netflix a actuellement plus de 500 projets au stade de la postproduction et, outre les séries, s'attend à sortir plus de 70 films cette année. Evidemment, ce bon recrutement va de pair avec des résultats financiers exceptionnels: un chiffre d'affaires de près de 25 milliards de dollars (+24%) et un bénéfice net de 2,8 milliards de dollars (+47%). Netflix anticipe être à l'équilibre cette année en termes de cash-flow (un milliard de pertes était prévu) et envisage de distribuer des dividendes à ses actionnaires. En conséquence, l'entreprise se sent capable de s'autofinancer pour ses projets courants et ne compte plus dépendre de levées de fonds, qu'elles soient en dettes ou en capital. Cette annonce a fait flamber (+12%) le cours de Bourse.