A 37 ans, cette gantoise d'origine, diplômée de la KULeuven (ingénieur commercial et candidature en droit), affiche un parcours déjà bien fourni dans le monde finance où elle a occupé diverses responsabilités dans plusieurs domaines.

De Bain à BNP

Après des débuts professionnels au sein du cabinet de conseils Bain, elle a en effet rejoint BNP Paribas Fortis où elle fut successivement responsable des canaux numériques avant de s'occcuper de l'offre de produits pour tout le pôle retail et private banking de la banque au logo vert. "A l'époque, j'étais responsable de la définition et de l'implémentation de la stratégie numérique de la banque. C'est dans le cadre de cette fonction que je suis entrée en contact avec Itsme, en participant notamment à son lancement et à son intégration au sein des applications mobiles de la banque."

C'est donc ainsi après ce parcours d'une petite dizaine d'années chez BNP Paribas Fortis, et un passage de quelques mois par la fintech européenne Aion pour son lancement en Belgique, que Stephanie De Bruyne est devenue l'an dernier CEO d'Itsme. Née en 2017 à l'initiative des quatre grandes banques (Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC) et des trois grands opérateurs télécom du pays (Proximus, Orange et Telenet), l'entreprise est en pleine croissance. Près de trois millions de Belges utilisent aujourd'hui l'application pour se connecter ou signer des documents.

Une double mission

Dans ce contexte, la mission de la nouvelle patronne est double. "Le premier objectif est d'atteindre le plein potentiel en Belgique pour faire d'Itsme la référence absolue en matière d'identité digitale", nous explique Stephanie De Bruyne, en préambule à un panel de discussion centré sur le sujet de l'identité digitale auquel elle participera dans le cadre du Mastercard Digital Forum, le 28 janvier prochain (organisé en partenariat avec Trends-Tendances).

"Aujourd'hui, poursuit-elle, Itsme fonctionne comme un outil d'identification et de signature. Mais on peut aller beaucoup plus loin. Demain, on peut imaginer en faire un outil autorisant le partage de données sécurisées en ligne." De quoi donner par exemple la permission à son nouvel employeur d'aller chercher son diplôme dans la banque de données de l'université, de déverrouiller certains objets connectés, d'ouvrir sa voiture avant de monter dedans, etc. Quant au second objectif assigné à Stephanie De Bruyne, "il s'agit d'exporter Itsme aux Pays-Bas et au Luxembourg." Bref, deux beaux défis pour cette maman de trois enfants s'adonnant aux joies du jogging, de la voile et de la photo.

A 37 ans, cette gantoise d'origine, diplômée de la KULeuven (ingénieur commercial et candidature en droit), affiche un parcours déjà bien fourni dans le monde finance où elle a occupé diverses responsabilités dans plusieurs domaines.De Bain à BNPAprès des débuts professionnels au sein du cabinet de conseils Bain, elle a en effet rejoint BNP Paribas Fortis où elle fut successivement responsable des canaux numériques avant de s'occcuper de l'offre de produits pour tout le pôle retail et private banking de la banque au logo vert. "A l'époque, j'étais responsable de la définition et de l'implémentation de la stratégie numérique de la banque. C'est dans le cadre de cette fonction que je suis entrée en contact avec Itsme, en participant notamment à son lancement et à son intégration au sein des applications mobiles de la banque."C'est donc ainsi après ce parcours d'une petite dizaine d'années chez BNP Paribas Fortis, et un passage de quelques mois par la fintech européenne Aion pour son lancement en Belgique, que Stephanie De Bruyne est devenue l'an dernier CEO d'Itsme. Née en 2017 à l'initiative des quatre grandes banques (Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC) et des trois grands opérateurs télécom du pays (Proximus, Orange et Telenet), l'entreprise est en pleine croissance. Près de trois millions de Belges utilisent aujourd'hui l'application pour se connecter ou signer des documents.Une double missionDans ce contexte, la mission de la nouvelle patronne est double. "Le premier objectif est d'atteindre le plein potentiel en Belgique pour faire d'Itsme la référence absolue en matière d'identité digitale", nous explique Stephanie De Bruyne, en préambule à un panel de discussion centré sur le sujet de l'identité digitale auquel elle participera dans le cadre du Mastercard Digital Forum, le 28 janvier prochain (organisé en partenariat avec Trends-Tendances). "Aujourd'hui, poursuit-elle, Itsme fonctionne comme un outil d'identification et de signature. Mais on peut aller beaucoup plus loin. Demain, on peut imaginer en faire un outil autorisant le partage de données sécurisées en ligne." De quoi donner par exemple la permission à son nouvel employeur d'aller chercher son diplôme dans la banque de données de l'université, de déverrouiller certains objets connectés, d'ouvrir sa voiture avant de monter dedans, etc. Quant au second objectif assigné à Stephanie De Bruyne, "il s'agit d'exporter Itsme aux Pays-Bas et au Luxembourg." Bref, deux beaux défis pour cette maman de trois enfants s'adonnant aux joies du jogging, de la voile et de la photo.