Stéphanie De Bruyne, CEO d'itsme, évoque le succès de cette application qui génère notre identité numérique, dans notre Trends Talk hebdomadaire, diffusé en boucle ce week-end sur Canal Z. Plus de 6,5 millions de Belges sont connectés, et ce n'est sans doute pas fini. "Pour vous donner un ordre de grandeur, on traite entre 25 et 35 millions de transactions par mois", souligne la CEIO. Le taux d'activité, de 99%, démontre qu'itsme est devenu un outil indispensable.

Outre son caractère très convivial de l'utilisation, Stéphanie De Bruyne insiste sur les garanties apportées en matière de sécurité, qui expliquent le succès d'itsme. Une nécessité, vu le caractère sensible des données partagées en matière administratives, financières ou de santé. "On ava très très loin dans le respect de la vie privée, garantit sa CEO. C'est évidemment important qu'on ne partage rien sans le consentement du client. C'est pour cela que sur l'écran d'itsme, vous allez toujours voir ce que vous allez partager et avec quelle société. Et c'est le citoyen même qui va confirmer. Dans le jargon, on appelle ça le 'what you see, it's what you sign'."

La cybersécurité est "notre priorité clé", souligne la CEO d'itsme : "Cela figure vraiment en haut de notre liste. Ave la crise du Covid, tout le monde est passé dans le monde numérique, on a vu que la fréquence des attaques a augmenté et les techniques ont évolué, on suit ça de très près." tsme est particulier parce qu'elle utilise des éléments liés à la personne : le téléphone, le code pin ou l'empreinte digitale. "C'est bien plus sûr que des mots de passe. Mais surtout, on ne parvient pas à accéder à l'application."

L'élément déclencheur dans le succès de cette identité numérique, ce fut l'épidémie de Covid. Un basculement. "La pandémie a évidemment accéléré les choses, reconnaît Stéphanie De Bruyne. Mais ce qui nous a rendu fier, c'est que l'on a pu jouer notre rôle sociétal. Au moment où cela a commencé, c'était soudain nécessaire pour tout le monde de bouger vers le monde numérique. Pas seulement les citoyens, mais aussi les entreprises. Puis, en 2021, nous avons été sélectionné comme moyen d'authentification pour le Covid safe ticket et on a ouvert la porte vers la liberté..."

Stéphanie De Bruyne ne cache pas que c'est ce rôle sociétal qui la motive dans son rôle de CEO. Et elle se félicite d'accompagner la révolution numérique. "La Belgique, se félicite-t-elle, a désormais dépassé l'Estonie, qui était considérée comme la référence."

Stéphanie De Bruyne, CEO d'itsme, évoque le succès de cette application qui génère notre identité numérique, dans notre Trends Talk hebdomadaire, diffusé en boucle ce week-end sur Canal Z. Plus de 6,5 millions de Belges sont connectés, et ce n'est sans doute pas fini. "Pour vous donner un ordre de grandeur, on traite entre 25 et 35 millions de transactions par mois", souligne la CEIO. Le taux d'activité, de 99%, démontre qu'itsme est devenu un outil indispensable. Outre son caractère très convivial de l'utilisation, Stéphanie De Bruyne insiste sur les garanties apportées en matière de sécurité, qui expliquent le succès d'itsme. Une nécessité, vu le caractère sensible des données partagées en matière administratives, financières ou de santé. "On ava très très loin dans le respect de la vie privée, garantit sa CEO. C'est évidemment important qu'on ne partage rien sans le consentement du client. C'est pour cela que sur l'écran d'itsme, vous allez toujours voir ce que vous allez partager et avec quelle société. Et c'est le citoyen même qui va confirmer. Dans le jargon, on appelle ça le 'what you see, it's what you sign'."La cybersécurité est "notre priorité clé", souligne la CEO d'itsme : "Cela figure vraiment en haut de notre liste. Ave la crise du Covid, tout le monde est passé dans le monde numérique, on a vu que la fréquence des attaques a augmenté et les techniques ont évolué, on suit ça de très près." tsme est particulier parce qu'elle utilise des éléments liés à la personne : le téléphone, le code pin ou l'empreinte digitale. "C'est bien plus sûr que des mots de passe. Mais surtout, on ne parvient pas à accéder à l'application."L'élément déclencheur dans le succès de cette identité numérique, ce fut l'épidémie de Covid. Un basculement. "La pandémie a évidemment accéléré les choses, reconnaît Stéphanie De Bruyne. Mais ce qui nous a rendu fier, c'est que l'on a pu jouer notre rôle sociétal. Au moment où cela a commencé, c'était soudain nécessaire pour tout le monde de bouger vers le monde numérique. Pas seulement les citoyens, mais aussi les entreprises. Puis, en 2021, nous avons été sélectionné comme moyen d'authentification pour le Covid safe ticket et on a ouvert la porte vers la liberté..."Stéphanie De Bruyne ne cache pas que c'est ce rôle sociétal qui la motive dans son rôle de CEO. Et elle se félicite d'accompagner la révolution numérique. "La Belgique, se félicite-t-elle, a désormais dépassé l'Estonie, qui était considérée comme la référence."