Alors que les 24 Heures de Spa approchent, les membres de W Racing Team (WRT) effectuent dans leur atelier de Baudour, près de Mons, les derniers réglages pour que les véhicules engagés soient au top le jour J. Et ce n'est pas la récente vague de chaleur qui a entamé l'enthousiasme des équipes! Que du contraire, elles sont plus concentrées que jamais avec un seul objectif en point de mire: gagner. "Nous n'avons aucun problème d'absentéisme au sein du personnel, confirme Kathleen Schurmans, qui codirige WRT en compagnie de Vincent Vosse. Tous nos collaborateurs sont extrêmement motivés et ne comptent pas leurs heures. Ce qui les anime, c'est tout simplement la passion de l'automobile." Passion que l'on retrouve à tous les échelons de l'écurie. Et au premier chef, Vincent Vosse, qui est à la base de l'aventure WRT depuis maintenant 13 ans, avec Yves Weerts.
...

Alors que les 24 Heures de Spa approchent, les membres de W Racing Team (WRT) effectuent dans leur atelier de Baudour, près de Mons, les derniers réglages pour que les véhicules engagés soient au top le jour J. Et ce n'est pas la récente vague de chaleur qui a entamé l'enthousiasme des équipes! Que du contraire, elles sont plus concentrées que jamais avec un seul objectif en point de mire: gagner. "Nous n'avons aucun problème d'absentéisme au sein du personnel, confirme Kathleen Schurmans, qui codirige WRT en compagnie de Vincent Vosse. Tous nos collaborateurs sont extrêmement motivés et ne comptent pas leurs heures. Ce qui les anime, c'est tout simplement la passion de l'automobile." Passion que l'on retrouve à tous les échelons de l'écurie. Et au premier chef, Vincent Vosse, qui est à la base de l'aventure WRT depuis maintenant 13 ans, avec Yves Weerts. A l'issue de sa carrière de pilote automobile (il s'est notamment illustré en remportant les 24 Heures de Spa en 2002), Vincent Vosse décide de créer sa propre écurie de course. "A l'époque, j'avais comme sponsor principal l'entreprise de transports Weerts & Fils et je m'entendais bien avec Yves Weerts qui est également un passionné de sport automobile, explique-t-il. C'est ainsi que l'idée de s'associer a fait son chemin en 2008. Une idée un peu atypique dans le milieu, avec la combinaison d'un homme d'affaires et d'un pilote." Officiellement lancée en 2009, WRT participe début 2010 au championnat de Belgique et au championnat de France de Grand Tourisme (GT) et remporte avec Audi le premier pour sa première participation. C'est le début d'une longue série de victoires qui vont ponctuer son parcours. "En 2010, nous participons également aux 24 Heures de Spa même si ce n'était pas prévu au planning, poursuit-il. Nous avions trois voitures au départ et une a terminé la course. Notre partenaire était D'Ieteren. En outre, Audi, avec ses premiers succès engrangés au Mans depuis 2000, jouissait d'une image très forte dans le sport automobile. Dès 2011, Audi Sport s'est officiellement engagée avec WRT et, dans la foulée, nous avons gagné les 24 Heures de Spa et le championnat d'Europe." A la fin 2021, ce ne sont pas moins de 49 championnats qui ont été décrochés par l'écurie belge, dont pas mal dès la première participation. L'année dernière s'est révélée le meilleur cru de son histoire avec neuf championnats remportés sur 10 participations. WRT aligne ses bolides un peu partout sur la planète, avec l'Europe comme terrain de prédilection, mais elle est également présente en Australie, aux Etats-Unis, en Chine, au Japon ou encore en Afrique. WRT emploie 107 personnes et a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 22 millions d'euros. Outre son implantation hainuyère, elle dispose également d'une filiale située à Stavelot: WRT Manufacturing. Cette dernière est spécialisée dans la construction de châssis, arceaux de sécurité et dans le formage de carrosseries en acier. Elle compte notamment Volkswagen, Toyota et Hyundai parmi ses clients. Par ailleurs, WRT Manufacturing est le fabricant exclusif de la VW Fun Cup. L'écurie bénéficie également de son appartenance à Weerts Group qui lui a permis de traverser la récente pandémie sans trop de problèmes, notamment en intégrant momentanément des collaborateurs dans d'autres entités du groupe. Basé à Milmort et dirigé par Pascal Weerts, Weerts Group est une société d'investissement familiale diversifiée dans les secteurs de la logistique, de l'immobilier et du sport automobile. L'an dernier, il a réalisé un chiffre d'affaires de 235 millions d'euros avec 90 millions de bénéfice net. Ces dernières années, à l'image de WRT, il connaît une forte croissance tant en Belgique qu'à l'étranger. Il opère ainsi aux Pays-Bas, au Luxembourg, en France, en Allemagne, en Italie, au Royaume-Uni, en Hongrie et en Roumanie. Outre le sport automobile, le groupe se développe dans les secteurs de la logistique et de l'immobilier. Le premier est l'héritier de la société intégrée (transport et logistique) Transport Weerts & Fils dont l'activité transport a été cédée en 2008 à Jost. Le groupe s'est alors concentré sur l'activité logistique centrée autour de Liège. Elle compte plus de 300.000 m2 d'entrepôts en Belgique répartis sur sept sites: Bierset, Milmort, Herstal, Tessenderlo, Trilogiport, Tongres et Bruxelles. Le second s'organise autour de quatre classes d'actifs: l'immobilier d'entreposage, le semi-industriel, les bureaux et l'immobilier résidentiel. Parmi les belles performances qu'enregistre Weerts Group, celles réalisées par WRT ne déparent pas l'ensemble. Au contraire. Une part non négligeable du succès de la racing team est le fruit de la collaboration entre les deux dirigeants: Kathleen Schurmans et Vincent Vosse. Si le second a porté WRT sur les fonts baptismaux, la première a rejoint l'équipe en 2016, découvrant pour l'occasion un nouvel univers: le monde de la course. "Vincent se charge des aspects sportifs, dit-elle. Pour ma part, je m'occupe du corporate governance. Et ensemble, nous gérons l'aspect financier, explique-t-elle. Nous sommes complémentaires et quand cette complémentarité existe entre deux CEO, c'est un indéniable plus pour une entreprise. J'ai intégré une société qui fonctionnait déjà très bien et mon travail a consisté à mettre en place une structure afin qu'elle s'améliore et continue à progresser. Alors que je venais d'entreprises classiques hiérarchisées, j'ai trouvé ici des équipes autonomes et extrêmement motivées. Le monde de la course est beaucoup plus challenging que le monde de l'entreprise. Chaque week-end, c'est la compétition avec un objectif qui anime l'ensemble des équipes: terminer en tête. Tout le monde est impliqué." A la différence d'une entreprise classique, une société active dans le sport de haut niveau exige un professionnalisme hyper-pointu et une disponibilité de tous les instants. D'autant que la victoire se joue souvent à un infime détail. Si les voitures sont aujourd'hui équipées de multiples senseurs qui informent en temps réel les ingénieurs durant la course et fournissent quantité de données, au final c'est toujours l'homme qui décide. Sur base de ces données mais aussi sur l'expérience de la course qu'aucun ordinateur ne peut remplacer. Pour les compétitions, WRT s'appuie ainsi sur un stratège qui vient d'Australie et qui, en fonction de l'évolution de la course, prend des décisions qui peuvent changer le cours de cette dernière. Plus largement, WRT compte en son sein la crème des mécaniciens et ingénieurs automobiles qui lui a permis au fil des années d'atteindre ses objectifs de victoire. "La société offre à chacun des membres des opportunités de progresser en son sein, ajoute Kathleen Schurmans. Cette mobilité interne contribue à notre dynamique. En outre, en continuant à grandir et à gagner, nous attirons de nouvelles compétences. Nous avons au sein de nos effectifs, pilotes compris, 18 nationalités." Et parmi les nouveaux venus cette saison, WRT compte effectivement une recrue de choix en la personne de Valentino Rossi. Le nonuple champion du monde de vitesse moto a, en effet, rejoint l'équipe belge. "C'est une légende dans son sport, confie Vincent Vosse. Il jouit d'une popularité extraordinaire. Mais au-delà de sa notoriété, c'est d'abord quelqu'un qui nourrit une véritable passion pour le sport automobile et qui s'adapte très vite." Ce week-end, les aficionados du pilote italien pourront admirer ses prouesses au volant d'une Audi R8 portant naturellement son numéro fétiche: 46. "Les 24 Heures de Spa font partie du GT World Challenge Europe et représentent la course la plus importante au monde dans notre catégorie, reprend-il. Il y aura une soixantaine de véhicules sur la ligne de départ et nous serons présents avec cinq voitures." L'événement spadois sera également l'occasion pour WRT de réunir durant un week-end plus de 500 personnes pour un business networking. Lors des courses, elle met les petits plats dans les grands pour accueillir ses partenaires et invités, s'appuyant notamment sur deux chefs formés par Yves Mattagne. "WRT travaille avec différents partenaires dont le principal est aujourd'hui Skechers, précise-t-elle. Nous offrons une visibilité mondiale et un environnement de premier ordre où ils peuvent recevoir des clients. Grâce à Skechers, nous pouvons continuer à nous professionnaliser avec les vêtements de sport et les chaussures, notamment via leur soutien à la voiture 32, l'équipe de nos meilleurs pilotes belges, et à la voiture 46, de Valentino Rossi. Last but not least, Kathleen Schurmans entend également souligner l'engagement de WRT en faveur de courses durables: "Nous compensons les émissions de CO2 de nos véhicules avec un programme de reforestation en Equateur et soutenons également l'initiative Drive Fast, Act Faster, mise en place par Ferdinand Habsburg, l'un de nos propres pilotes."