Ce ne sera pas le plus grand en termes de mètres carrés, précisent les entrepreneurs, mais il le sera bien en termes d'activités proposées. Outre les sports classiques (football, basketball, tennis, baseball, etc.), d'autres moins connus comme le curling, le tir aux pigeons, la pêche sportive, la balle au prisonnier virtuelle Hado, ou encore des sports habituellement trop chers ou trop éloignés de chez nous ­- comme le parapente - seront proposés. Les visiteurs pourront s'entraîner sur un simulateur de ski alpin, sur un circuit de F1 virtuel ou profiter d'un simulateur de vol en wingsuit. Le parc indoor fera donc la part belle à la technologie et aux simulateurs de réalité augmentée. Au total, 50 disciplines seront accessibles. Les développements ultérieurs prévoient des activités en extérieur.

DR
© DR

Intergénérationnel

Au-délà de la découverte sportive, Sparkx met l'accent sur la santé et le bien-être tant physique que mental, et veut permettre à différentes générations de faire du sport ensemble. "Les mercredis après-midi et les week-ends, nous attendons principalement des familles, en semaine nous ciblons principalement les écoles et les entreprises le matin et, l'après-midi, nous accueillerons bien entendu tout un chacun, explique Anja Swinnen, responsable du parc. En plus des attractions sportives, nous proposons des activités de team building, des workshops et des conférences sur le bien-être mental et l'alimentation saine."

Sparkx
© Sparkx

40 emplois

Le parc, dont la construction a débuté fin novembre, ouvrira ses portes au printemps prochain. Il génèrera une quarantaine d'emplois. Parmi les investisseurs, on retrouve l'ex-Diable Rouge Moussa Dembélé et l'entrepreneur technologique Peter Hinssen. Sparkx peut aussi compter sur "l'expertise de la société belge KCC, un concepteur de parcs à thème qui a déjà collaboré à la construction de quelque 250 parcs à thème dans le monde", précise Mathieu Renier, cofondateur.

Le parc d'Hasselt n'est que la première étape d'un projet international.

Sparkx a de larges ambitions. Le parc d'Hasselt n'est que la première étape d'un projet international. L'objectif des associés est de créer un premier parc en Belgique, puis de se développer progressivement et, à terme, de construire d'autres parcs en Belgique, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

DR
© DR
Ce ne sera pas le plus grand en termes de mètres carrés, précisent les entrepreneurs, mais il le sera bien en termes d'activités proposées. Outre les sports classiques (football, basketball, tennis, baseball, etc.), d'autres moins connus comme le curling, le tir aux pigeons, la pêche sportive, la balle au prisonnier virtuelle Hado, ou encore des sports habituellement trop chers ou trop éloignés de chez nous ­- comme le parapente - seront proposés. Les visiteurs pourront s'entraîner sur un simulateur de ski alpin, sur un circuit de F1 virtuel ou profiter d'un simulateur de vol en wingsuit. Le parc indoor fera donc la part belle à la technologie et aux simulateurs de réalité augmentée. Au total, 50 disciplines seront accessibles. Les développements ultérieurs prévoient des activités en extérieur. Au-délà de la découverte sportive, Sparkx met l'accent sur la santé et le bien-être tant physique que mental, et veut permettre à différentes générations de faire du sport ensemble. "Les mercredis après-midi et les week-ends, nous attendons principalement des familles, en semaine nous ciblons principalement les écoles et les entreprises le matin et, l'après-midi, nous accueillerons bien entendu tout un chacun, explique Anja Swinnen, responsable du parc. En plus des attractions sportives, nous proposons des activités de team building, des workshops et des conférences sur le bien-être mental et l'alimentation saine."Le parc, dont la construction a débuté fin novembre, ouvrira ses portes au printemps prochain. Il génèrera une quarantaine d'emplois. Parmi les investisseurs, on retrouve l'ex-Diable Rouge Moussa Dembélé et l'entrepreneur technologique Peter Hinssen. Sparkx peut aussi compter sur "l'expertise de la société belge KCC, un concepteur de parcs à thème qui a déjà collaboré à la construction de quelque 250 parcs à thème dans le monde", précise Mathieu Renier, cofondateur. Sparkx a de larges ambitions. Le parc d'Hasselt n'est que la première étape d'un projet international. L'objectif des associés est de créer un premier parc en Belgique, puis de se développer progressivement et, à terme, de construire d'autres parcs en Belgique, en France, en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.