A côté de l'usage des données de mobilité, quelques start-up appliquent leur technologie à la situation Covid-19. Ainsi, la scale-up flamande Rombit, qui propose des solutions numériques pour les villes et les ports, vient de dévoiler un test de bracelet connecté spécial Covid-19. Mis en place au port d'Anvers, il alerte les t...

A côté de l'usage des données de mobilité, quelques start-up appliquent leur technologie à la situation Covid-19. Ainsi, la scale-up flamande Rombit, qui propose des solutions numériques pour les villes et les ports, vient de dévoiler un test de bracelet connecté spécial Covid-19. Mis en place au port d'Anvers, il alerte les travailleurs s'ils s'approchent trop les uns des autres et permet d'établir un historique des contacts si l'un des travailleurs se révèle contaminé. C'est aussi sur le thème de la distanciation sociale que la start-up wallonne Piximate s'est penchée. Spécialisée dans la reconnaissance faciale dans l'univers de la distribution, la jeune pousse propose depuis peu un service baptisé Piximate Safe. Le concept ? Un système de comptage automatique qui permet aux petites chaînes de magasins de déterminer en direct le nombre de personnes autorisées à entrer dans le magasin. La chaîne de boutiques bios Färm aurait commandé la version qui affiche aussi, sur un écran extérieur, si les clients peuvent entrer. Dans un autre genre, la société I-Care, spécialisée dans la maintenance prédictive dans l'industrie, a " détourné " une de ces machines de détection de température afin de mesurer la température des personnes qui entrent dans un bâtiment. La demande exploserait : la firme montoise a écoulé pas moins de 600 installations du genre en cette période de crise... contre une trentaine l'an passé. Comme quoi, en quelques semaines, certains parviennent à rebondir.