Les commerçants sont plutôt satisfaits de ce mois de juillet de soldes. C'est ce qui ressort d'un coup de sonde du SNI auprès d'une centaine de détaillants. "Une majorité d'entre eux a ainsi vu une augmentation de leur chiffres d'affaires par rapport à l'année dernière. Un tiers est même revenu au niveau de 2019, soit avant la crise".

La météo plutôt clémente durant ces 4 semaines mais aussi les craintes en matières de pouvoir d'achat liées à la forte inflation ont manifestement poussé les consommateurs dans les magasins. "Il ne faut cependant pas trop se réjouir. Dans de nombreux cas, les soldes n'ont pas apporté de nouveaux clients. Or, la clientèle soldes est aussi celle qui est, selon les commerçants interrogées, la plus touchée par la crise actuelle. Cette période de soldes constituait donc une aubaine pour eux".

Les stocks sont aujourd'hui bien vidés. "Les commerçants vont dans la plupart des cas continuer à les liquider via des prix ronds. Ils ont toujours besoin de liquidités après ces deux années très compliquées par la crise sanitaire".

Et pour le futur ?

Si l'habillement est un des secteurs qui connaît une inflation moins forte, les commerçants restent néanmoins peu optimistes pour la deuxième partie de l'année. "Rien n'indique que l'inflation va ralentir, la pression sur le pouvoir d'achat va continuer à être forte. Les commerçants ont donc de fortes craintes de voir les clients rester chez eux et thésauriser, une tendance qui commence d'ailleurs à se voir".

Les commerçants sont plutôt satisfaits de ce mois de juillet de soldes. C'est ce qui ressort d'un coup de sonde du SNI auprès d'une centaine de détaillants. "Une majorité d'entre eux a ainsi vu une augmentation de leur chiffres d'affaires par rapport à l'année dernière. Un tiers est même revenu au niveau de 2019, soit avant la crise". La météo plutôt clémente durant ces 4 semaines mais aussi les craintes en matières de pouvoir d'achat liées à la forte inflation ont manifestement poussé les consommateurs dans les magasins. "Il ne faut cependant pas trop se réjouir. Dans de nombreux cas, les soldes n'ont pas apporté de nouveaux clients. Or, la clientèle soldes est aussi celle qui est, selon les commerçants interrogées, la plus touchée par la crise actuelle. Cette période de soldes constituait donc une aubaine pour eux". Les stocks sont aujourd'hui bien vidés. "Les commerçants vont dans la plupart des cas continuer à les liquider via des prix ronds. Ils ont toujours besoin de liquidités après ces deux années très compliquées par la crise sanitaire". Si l'habillement est un des secteurs qui connaît une inflation moins forte, les commerçants restent néanmoins peu optimistes pour la deuxième partie de l'année. "Rien n'indique que l'inflation va ralentir, la pression sur le pouvoir d'achat va continuer à être forte. Les commerçants ont donc de fortes craintes de voir les clients rester chez eux et thésauriser, une tendance qui commence d'ailleurs à se voir".