1. Respecter son corps

Après les vacances où le rythme a été différent et les contraintes beaucoup moins nombreuses, il est important d'écouter son corps et d'adopter un rythme qui nous convient. Il est primordial d'équilibrer ses différentes sphères d'épanouissement personnel, cela passe par ne pas surinvestir son travail mais aussi savoir dire non aux sollicitations d'amis ou de la famille. Comment est-ce que je peux respecter le rythme qui me convient pour éviter l'effet "tête dans le guidon". On peut, par exemple, prendre l'habitude de s'octroyer 5 minutes de pause entre chaque réunion Zoom ou s'aérer en faisant le tour du pâté de maisons si on est en télétravail. Une pause à la machine à café avec ses collègues peut aussi augmenter la productivité. Je suis effarée du nombre de personnes qui m'avouent lors de mes séances de coaching ne pas prendre de pause de midi ou ne pas prendre le temps d'aller aux toilettes. On peut aussi adopter la mouvance "Slow Working", qui invite à ralentir pour travailler mieux.

Au manager, je dirais "oubliez le présentéisme, cherchez l'efficience !". Qu'un collaborateur prenne 20 minutes de pause ou une heure, tant que le travail est bien fait et dans le délai imparti, c'est le plus important.

2. Travailler son mental

Après le corps, l'envie de retourner au bureau passe aussi, bien sûr, par le mental. On va essayer de faire taire les pensées qui peuvent plomber notre journée dès le saut du lit. On observe les râleries qui encombrent notre tête et on les transforme en point positif. On est attentifs aussi aux pressions inutiles que l'on se met à soi-même : "sois parfait", fais plaisir", "sois fort", etc.

Au manager, je conseillerais de susciter un mental positif chez ses collaborateurs. La première étape est de clarifier au maximum les tâches qu'il donne à ses collaborateurs. Quelles sont ses attentes vis-à-vis de son équipe ? Le feedback et la reconnaissance sont aussi un point important souvent négligé.

3. Chasser les inconforts

La rentrée est le moment de faire un bilan, de prendre de bonnes résolutions. On s'arrête pour analyser ce que l'on ne veut plus faire, ce que l'on désire changer dans notre travail au quotidien. Mettre le doigt sur nos petites bêtes noires et en profiter pour en discuter avec son supérieur hiérarchique.

Ce dernier peut initier de lui-même ce moment de rencontre au retour des vacances pour communiquer sur les appréhensions éventuelles de son collaborateur et essayer de les évacuer. Ceci permet d'augmenter le confort et le plaisir de travailler.

Une pause à la machine à café avec ses collègues augmente la productivité., GETTY
Une pause à la machine à café avec ses collègues augmente la productivité. © GETTY

4. Attirer les émotions positives

Cherchez à trouver ce qui vous fait plaisir, ce qui vous réconforte, vous donne des petits moments de joie et d'énergie, que ce soit un petit rituel thé ou un bon lunch avec des collègues proches ou une playlist motivante lors de votre trajet en voiture. Réjouissez-vous de ces petits moments planifiés ou non pour égayer ce qui peut parfois paraître comme routinier. S'il pleut, pourquoi ne pas égayer sa tenue d'une touche de couleur vivifiante ?

Je conseillerais au chef d'équipe ou au supérieur de s'octroyer lui aussi de petits moments de joie car son bien-être ruissellera alors sur ses collègues, ce qui participera à la bonne ambiance générale de l'équipe.

5. Se projeter sur le long terme

Éveillez le rêveur, l'optimiste qui sommeille en vous en vous donnant des buts, des objectifs sur le long terme. Cela peut être un nouveau challenge professionnel ou l'envie de suivre une formation que l'on concrétise avant la fin de l'année.

Il est important que le supérieur rappelle à ses collaborateurs les raisons d'être de leur mission, de leur travail sur le terrain, et leur donne une vraie motivation de se lever le matin. Il est primordial de leur faire savoir qu'ils appartiennent et qu'ils contribuent à un projet cohérent.

6. Se mettre en action

Après avoir établi ces bonnes résolutions, on veillera à les mettre en pratique en les inscrivant à son agenda. Il ne suffit pas de les lister, mais de les réaliser concrètement dans un délai donné. Pratiquer la méthode du prochain pas est une technique très efficace pour passer concrètement à l'action.

Le supérieur peut lui-même initier une réunion pour dresser un agenda de ces objectifs qui sont peut-être non urgents mais importants pour la dynamique de son équipe.

Après les vacances où le rythme a été différent et les contraintes beaucoup moins nombreuses, il est important d'écouter son corps et d'adopter un rythme qui nous convient. Il est primordial d'équilibrer ses différentes sphères d'épanouissement personnel, cela passe par ne pas surinvestir son travail mais aussi savoir dire non aux sollicitations d'amis ou de la famille. Comment est-ce que je peux respecter le rythme qui me convient pour éviter l'effet "tête dans le guidon". On peut, par exemple, prendre l'habitude de s'octroyer 5 minutes de pause entre chaque réunion Zoom ou s'aérer en faisant le tour du pâté de maisons si on est en télétravail. Une pause à la machine à café avec ses collègues peut aussi augmenter la productivité. Je suis effarée du nombre de personnes qui m'avouent lors de mes séances de coaching ne pas prendre de pause de midi ou ne pas prendre le temps d'aller aux toilettes. On peut aussi adopter la mouvance "Slow Working", qui invite à ralentir pour travailler mieux. Au manager, je dirais "oubliez le présentéisme, cherchez l'efficience !". Qu'un collaborateur prenne 20 minutes de pause ou une heure, tant que le travail est bien fait et dans le délai imparti, c'est le plus important. Après le corps, l'envie de retourner au bureau passe aussi, bien sûr, par le mental. On va essayer de faire taire les pensées qui peuvent plomber notre journée dès le saut du lit. On observe les râleries qui encombrent notre tête et on les transforme en point positif. On est attentifs aussi aux pressions inutiles que l'on se met à soi-même : "sois parfait", fais plaisir", "sois fort", etc.Au manager, je conseillerais de susciter un mental positif chez ses collaborateurs. La première étape est de clarifier au maximum les tâches qu'il donne à ses collaborateurs. Quelles sont ses attentes vis-à-vis de son équipe ? Le feedback et la reconnaissance sont aussi un point important souvent négligé. La rentrée est le moment de faire un bilan, de prendre de bonnes résolutions. On s'arrête pour analyser ce que l'on ne veut plus faire, ce que l'on désire changer dans notre travail au quotidien. Mettre le doigt sur nos petites bêtes noires et en profiter pour en discuter avec son supérieur hiérarchique. Ce dernier peut initier de lui-même ce moment de rencontre au retour des vacances pour communiquer sur les appréhensions éventuelles de son collaborateur et essayer de les évacuer. Ceci permet d'augmenter le confort et le plaisir de travailler.Cherchez à trouver ce qui vous fait plaisir, ce qui vous réconforte, vous donne des petits moments de joie et d'énergie, que ce soit un petit rituel thé ou un bon lunch avec des collègues proches ou une playlist motivante lors de votre trajet en voiture. Réjouissez-vous de ces petits moments planifiés ou non pour égayer ce qui peut parfois paraître comme routinier. S'il pleut, pourquoi ne pas égayer sa tenue d'une touche de couleur vivifiante ?Je conseillerais au chef d'équipe ou au supérieur de s'octroyer lui aussi de petits moments de joie car son bien-être ruissellera alors sur ses collègues, ce qui participera à la bonne ambiance générale de l'équipe. Éveillez le rêveur, l'optimiste qui sommeille en vous en vous donnant des buts, des objectifs sur le long terme. Cela peut être un nouveau challenge professionnel ou l'envie de suivre une formation que l'on concrétise avant la fin de l'année. Il est important que le supérieur rappelle à ses collaborateurs les raisons d'être de leur mission, de leur travail sur le terrain, et leur donne une vraie motivation de se lever le matin. Il est primordial de leur faire savoir qu'ils appartiennent et qu'ils contribuent à un projet cohérent. Après avoir établi ces bonnes résolutions, on veillera à les mettre en pratique en les inscrivant à son agenda. Il ne suffit pas de les lister, mais de les réaliser concrètement dans un délai donné. Pratiquer la méthode du prochain pas est une technique très efficace pour passer concrètement à l'action.Le supérieur peut lui-même initier une réunion pour dresser un agenda de ces objectifs qui sont peut-être non urgents mais importants pour la dynamique de son équipe.