A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le service public fédéral lance un outil en ligne permettant de suivre les tendances liées à l'entrepreneuriat féminin, basé sur les données de l'Inasti. Sur cet outil, il est possible de suivre le nombre de femmes indépendantes, leur statut, leur branche d'activités, etc. et d'effectuer des comparaisons internationales. On y apprend ainsi qu'en 2020, les femmes représentaient 35% de l'ensemble des personnes exerçant sous le statut d'indépendant. L'écart avec les hommes se réduit lentement, la proportion d'indépendantes s'élevant à 33,7% en 2007.

En 2020, le nombre d'indépendantes et aidantes (soit qui assiste ou supplée un ou une travailleuse indépendante dans l'exercice de sa profession, sans être lié par un contrat de travail) a augmenté de 14.509 unités, soit une hausse de 3,6%, contre +3,1% pour les hommes. En valeur absolue, la croissance est cependant plus forte chez les indépendants (+23.223).

En retirant les personnes aidantes du calcul, dont le nombre a baissé en 2020, certainement en raison de la crise sanitaire, la croissance des indépendantes s'élève à 4,2% entre 2019 et 2020, et à 3,3% pour les hommes. Une majorité d'indépendantes et aidantes l'étaient à titre principal en 2020 (62,8%), près de 30% à titre complémentaire et 7,3% étaient en activité après l'âge de la pension.

L'activité indépendante à titre complémentaire attire davantage les femmes que les hommes, qui sont 65,9% à exercer leur activité indépendante à titre principal et 22,1% à titre complémentaire.

Du côté des secteurs d'activité, seuls les services comprennent davantage de femmes indépendantes (56,8%) que d'hommes. La majorité des indépendantes exercent cependant leur activité au sein de secteurs qui restent masculins : les professions libérales et le commerce. L'industrie est la branche qui affiche le plus grand déséquilibre, avec 16,4% des femmes seulement.

Le SPF Economie souligne enfin que le taux d'entreprenariat féminin en Belgique (10,1% en 2020) est supérieur à la moyenne des 27 États membres de l'UE (9,6%). Cet indicateur signifie qu'une femme sur dix âgées de 15 à 64 ans en Belgique déclare exercer une activité indépendante en 2020. Le taux d'entreprenariat masculin s'élève, lui, à 18%.

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, le service public fédéral lance un outil en ligne permettant de suivre les tendances liées à l'entrepreneuriat féminin, basé sur les données de l'Inasti. Sur cet outil, il est possible de suivre le nombre de femmes indépendantes, leur statut, leur branche d'activités, etc. et d'effectuer des comparaisons internationales. On y apprend ainsi qu'en 2020, les femmes représentaient 35% de l'ensemble des personnes exerçant sous le statut d'indépendant. L'écart avec les hommes se réduit lentement, la proportion d'indépendantes s'élevant à 33,7% en 2007. En 2020, le nombre d'indépendantes et aidantes (soit qui assiste ou supplée un ou une travailleuse indépendante dans l'exercice de sa profession, sans être lié par un contrat de travail) a augmenté de 14.509 unités, soit une hausse de 3,6%, contre +3,1% pour les hommes. En valeur absolue, la croissance est cependant plus forte chez les indépendants (+23.223). En retirant les personnes aidantes du calcul, dont le nombre a baissé en 2020, certainement en raison de la crise sanitaire, la croissance des indépendantes s'élève à 4,2% entre 2019 et 2020, et à 3,3% pour les hommes. Une majorité d'indépendantes et aidantes l'étaient à titre principal en 2020 (62,8%), près de 30% à titre complémentaire et 7,3% étaient en activité après l'âge de la pension. L'activité indépendante à titre complémentaire attire davantage les femmes que les hommes, qui sont 65,9% à exercer leur activité indépendante à titre principal et 22,1% à titre complémentaire. Du côté des secteurs d'activité, seuls les services comprennent davantage de femmes indépendantes (56,8%) que d'hommes. La majorité des indépendantes exercent cependant leur activité au sein de secteurs qui restent masculins : les professions libérales et le commerce. L'industrie est la branche qui affiche le plus grand déséquilibre, avec 16,4% des femmes seulement. Le SPF Economie souligne enfin que le taux d'entreprenariat féminin en Belgique (10,1% en 2020) est supérieur à la moyenne des 27 États membres de l'UE (9,6%). Cet indicateur signifie qu'une femme sur dix âgées de 15 à 64 ans en Belgique déclare exercer une activité indépendante en 2020. Le taux d'entreprenariat masculin s'élève, lui, à 18%.