Ce retour à la toile s'est pratiquement généralisé sur le marché des cabriolets. Il est vrai que la finesse de ce couvre-chef rend la silhouette de l'auto plus svelte. Cette toile se plie ou se déplie d'une simple pression sur un bouton: l'opération prend 18 secondes et peut s'effectuer en roulant, jusqu'à 50 km/h, voire à (faible) distance via la télécommande. On file alors au grand air, sans trop de remous, à condition d'opter pour le pare-vent optionnel.

Devant nos yeux se dessine la planche de bord déjà connue des Série 3 et 4, ergonomique, bien finie et intégrant un système multimédia très efficace. Les sièges avant sont confortables mais le dossier de la banquette arrière est trop peu incliné. Et le coffre n'est pas facile d'accès, surtout lorsque la capote se niche dedans.

Cette Série 4 s'apprécie particulièrement pour son agrément de conduite. Son châssis rigide et équilibré assure un réel plaisir dynamique, sans jamais laisser échapper de craquements de tôle ou de vibrations dans le volant. Un bon point aussi pour le confort global. Pour animer l'engin, point de propulseur hybride, mais des blocs à essence et diesel, comptant quatre ou six cylindres. Le moteur de la 420i d'entrée de gamme n'a rien de décapant, mais on apprécie sa douceur générale, qui colle bien avec la conduite au grand air. Si l'air se fait frais, le chauffage intégré dans les appuie-têtes avant peut nous souffler une petite brise chaude dans le cou. Et si le temps se gâte vraiment, on s'abritera sous l'épaisse toile, dont l'insonorisation nous a épaté. Voilà donc un cabrio qui s'apprécie en toute saison, toit ouvert comme fermé. Un bon et beau produit qui, malgré un tarif élevé, ne craint pas ses (vieillissantes...) concurrentes, les Audi A5 et Mercedes Classe C cabrios.

BMW Série 4 Cabrio

420i

Quatre cylindres en ligne à essence, turbo, 1.998 cm3 / 184 ch (135 kW)/ 300 Nm ; longueur: 4,77 m ; poids: 1.765 kg

Performances

Vitesse maxi: 236 km/h ; 0-100 km/h: 8,2 s ; consommation (essai): 7,3 l/100 km ; rejets CO2: de 158 à 176 g/km (WLTP)

Prix

A partir de 54.450 euros

+

Agrément général de conduite, châssis rigide et précis, insonorisation de la capote, excellente boîte automatique

-

Tarif élevé, options nombreuses et chères, dossier de banquette arrière trop peu incliné, accès au coffre malaisé quand la capote est repliée

Ce retour à la toile s'est pratiquement généralisé sur le marché des cabriolets. Il est vrai que la finesse de ce couvre-chef rend la silhouette de l'auto plus svelte. Cette toile se plie ou se déplie d'une simple pression sur un bouton: l'opération prend 18 secondes et peut s'effectuer en roulant, jusqu'à 50 km/h, voire à (faible) distance via la télécommande. On file alors au grand air, sans trop de remous, à condition d'opter pour le pare-vent optionnel. Devant nos yeux se dessine la planche de bord déjà connue des Série 3 et 4, ergonomique, bien finie et intégrant un système multimédia très efficace. Les sièges avant sont confortables mais le dossier de la banquette arrière est trop peu incliné. Et le coffre n'est pas facile d'accès, surtout lorsque la capote se niche dedans. Cette Série 4 s'apprécie particulièrement pour son agrément de conduite. Son châssis rigide et équilibré assure un réel plaisir dynamique, sans jamais laisser échapper de craquements de tôle ou de vibrations dans le volant. Un bon point aussi pour le confort global. Pour animer l'engin, point de propulseur hybride, mais des blocs à essence et diesel, comptant quatre ou six cylindres. Le moteur de la 420i d'entrée de gamme n'a rien de décapant, mais on apprécie sa douceur générale, qui colle bien avec la conduite au grand air. Si l'air se fait frais, le chauffage intégré dans les appuie-têtes avant peut nous souffler une petite brise chaude dans le cou. Et si le temps se gâte vraiment, on s'abritera sous l'épaisse toile, dont l'insonorisation nous a épaté. Voilà donc un cabrio qui s'apprécie en toute saison, toit ouvert comme fermé. Un bon et beau produit qui, malgré un tarif élevé, ne craint pas ses (vieillissantes...) concurrentes, les Audi A5 et Mercedes Classe C cabrios.