Selon une étude de la société de RH, Attentia, le covoiturage affiche un excellent score, tout auréolé de vert. En effet ce mode de déplacement est en nette augmentation lorsqu'on compare les chiffres actuels (34,58 kilomètres parcourus) à ceux de 2012 (28,3 kilomètres); soit une progression de 6,28 kilomètres.

"C'est une tendance logique", indique Yves Labeeu, conseiller juridique. "En effet, un nombre croissant d'entreprises organisent du covoiturage pour leurs collaborateurs. C'est une situation gagnant-gagnant pour les deux parties, tant d'un point de vue financier que fiscal."

Une tendance qui est aussi une histoire de génération étant donné que ce sont les plus "jeunes" qui parcourent les plus grandes distances en partageant leur véhicule. La catégorie des 20-29 ans parcourt en moyenne 37 kilomètres par jour tandis que les individus dans la tranche d'âge 50-59 ans en affichent "à peine" 30 au compteur, souligne le communiqué.

Quant au vélo, si la distance parcourue reste stable à 15 kilomètres parcourus, c'est le nombre de cyclistes qui augmente. De plus en plus de travailleurs optent pour ce moyen de déplacement afin de se rendre sur leur lieu de travail ; si en 2015, ils étaient environ 6,5% à choisir la "petite reine", ce chiffre est passé à 9,1% en 2018.

"Le gain en popularité du vélo n'a rien de surprenant. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à proposer un vélo (électrique) ou un speed pedelec dans le cadre de leur plan cafétéria", estime encore Yves Labeeu.

La voiture de société perd des kilomètres

Ces dernières années, le nombre de kilomètres parcourus quotidiennement entre son domicile et son lieu de travail, au volant d'une voiture de société, tend à s'amenuiser. En moyenne, les travailleurs parcourent quotidiennement 23 kilomètres avec leur voiture de société pour ces allers-retours, affirme le communiqué, tandis qu'en 2012, il s'agissait de 29 kilomètres.

La tendance est donc clairement au recul bien que cela ne signifie pas que la voiture de société perde en popularité, que du contraire le nombre de véhicule de société en circulation sur nos routes a progressé d'un tiers depuis 2012.

"Une possible explication pour le recul relevé en termes de distance parcourue domicile-travail tient au fait que les gens désirent de plus en plus habiter plus près de leur lieu de travail", suppose Monsieur Labeeu. "Beaucoup y voient même un argument majeur lors du choix d'un employeur ou lorsqu'il s'agit de changer d'employeur. L'attention portée à la mobilité prend dès lors de plus en plus d'importance, côté entreprises. Certains collaborateurs changent de temps en temps de moyen de transport et, selon leur situation, empruntent par exemple le vélo ou le bus. Ils en retirent davantage de flexibilité, par exemple, en cas de manque de parking ou s'ils veulent profiter des bienfaits du soleil."

Mais contrairement à la tendance du covoiturage, ce sont les plus âgés qui utilisent le plus leur voiture de société : 26 kilomètres pour les 50-59 ans contre 18 kilomètres pour les 20-29 ans.

La mobilité partagée, une histoire de génération ?