C'est le fruit de la stratégie de son nouveau CEO, Paul Hudson, bien décidé à renouveler le portefeuille de médicaments et à doper la recherche par une croissance externe. En point de mire: l'activité de vaccination et la médecine de spécialité. Le laboratoire français vient de débourser 1,6 milliard d'euros pour mettre la main sur Kadmon, une biotech américaine spécialisée dans les traitements immuno-oncologiques.

Cette véritable pépite dispose de nombreux traitements en cours de développement dont un futur blockbuster, le Rezurock, un médicament approuvé il y a peu par le régulateur américain et destiné aux patients greffés. Les achats ne sont sans doute pas terminés car Sanofi dispose d'énormément de cash pour se développer.

C'est le fruit de la stratégie de son nouveau CEO, Paul Hudson, bien décidé à renouveler le portefeuille de médicaments et à doper la recherche par une croissance externe. En point de mire: l'activité de vaccination et la médecine de spécialité. Le laboratoire français vient de débourser 1,6 milliard d'euros pour mettre la main sur Kadmon, une biotech américaine spécialisée dans les traitements immuno-oncologiques. Cette véritable pépite dispose de nombreux traitements en cours de développement dont un futur blockbuster, le Rezurock, un médicament approuvé il y a peu par le régulateur américain et destiné aux patients greffés. Les achats ne sont sans doute pas terminés car Sanofi dispose d'énormément de cash pour se développer.