Une entrée dans les aéroports plus grands impliquerait une augmentation des coûts mais aussi des revenus grâce à la vente de tickets aux voyageurs d'affaires. En raison de la récession, ces aéroports sont par ailleurs désormais plus enclins à discuter avec Ryanair, ajoute M. O'Leary.

Jusqu'à présent, la compagnie privilégiait les aéroports plus petits, moins chers mais aussi moins proches du centre des villes.

A l'avenir, l'enseigne pourrait se retrouver dans les grands aéroports mais les projets excluent toutefois ceux de Heathrow (Londres), Charles De Gaulle (Paris) et Francfort.

Trends.be avec Belga

Une entrée dans les aéroports plus grands impliquerait une augmentation des coûts mais aussi des revenus grâce à la vente de tickets aux voyageurs d'affaires. En raison de la récession, ces aéroports sont par ailleurs désormais plus enclins à discuter avec Ryanair, ajoute M. O'Leary. Jusqu'à présent, la compagnie privilégiait les aéroports plus petits, moins chers mais aussi moins proches du centre des villes. A l'avenir, l'enseigne pourrait se retrouver dans les grands aéroports mais les projets excluent toutefois ceux de Heathrow (Londres), Charles De Gaulle (Paris) et Francfort. Trends.be avec Belga