La compagnie low-cost a précisé que son taux de ponctualité était "tombé sous 80% durant les deux premières semaines de septembre" en raison notamment de grèves, de conditions météorologiques défavorables et de l'obligation de respecter les obligations de congé des pilotes et des équipages. Un niveau "inacceptable", aux yeux de l'entreprise irlandaise.

Grâce à ces suppressions de vols, Ryanair sera en mesure de faire repasser son taux de ponctualité au-dessus des 90%. "En réduisant l'offre, il y aura davantage d'avions en stand-by, ce qui nous permettra d'améliorer la ponctualité", explique la compagnie.

L'entreprise souligne que moins de 2% des vols seront supprimés. Les passagers concernés se verront offrir une solution alternative ou un remboursement.

Ryanair est actif en Belgique à Brussels Airport et à l'aéroport de Charleroi.

La compagnie low-cost a précisé que son taux de ponctualité était "tombé sous 80% durant les deux premières semaines de septembre" en raison notamment de grèves, de conditions météorologiques défavorables et de l'obligation de respecter les obligations de congé des pilotes et des équipages. Un niveau "inacceptable", aux yeux de l'entreprise irlandaise. Grâce à ces suppressions de vols, Ryanair sera en mesure de faire repasser son taux de ponctualité au-dessus des 90%. "En réduisant l'offre, il y aura davantage d'avions en stand-by, ce qui nous permettra d'améliorer la ponctualité", explique la compagnie. L'entreprise souligne que moins de 2% des vols seront supprimés. Les passagers concernés se verront offrir une solution alternative ou un remboursement. Ryanair est actif en Belgique à Brussels Airport et à l'aéroport de Charleroi.