Le port de Douvres a rouvert dans la nuit de mardi à mercredi. Plusieurs milliers de camions ont été bloqués après que la France ait fermé la frontière avec la Grande-Bretagne en raison de la nouvelle variante du coronavirus au Royaume-Uni. Ils ont été alignés sur l'autoroute M20 et à l'aérodrome de Manston après que le gouvernement français ait pris des mesures dans la nuit de dimanche à dimanche.

null, Belga Image
null © Belga Image

"Il faudra quelques jours pour nous sortir de cette situation", a averti Robert Jenrick sur la chaîne Sky News. "Il y aura pas mal de travail à faire dans les prochains jours et ce n'est pas un problème que sera résolu immédiatement".

Le port de Douvres a rouvert dans la nuit de mardi à mercredi à la suite d'un accord de sortie de crise entre Londres et Paris pour permettre aux chauffeurs routiers bloqués au Royaume-Uni en raison de la forte circulation d'une variante considérée comme plus contagieuse du nouveau coronavirus de quitter le pays, moyennant un test négatif.

Ce blocage, qui faisait suite à la décision de la France de suspendre pour 48 heures le transport de marchandises accompagné, faisait craindre un risque de pénuries, surtout de fruits et légumes, dans les supermarchés britanniques, confrontés à des achats panique.

BELGAIMAGE
© BELGAIMAGE

Selon Robert Jenrick, quelque 4.000 poids lourds étaient bloqués mardi soir dans le Kent (sud-est), autour de la zone portuaire: de 700 à 800 sur l'autoroute menant de Londres au port et près de 3.000 sur un ancien aéroport voisin, où les chauffeurs pourront se faire tester.

"Il y aura des tests à (l'aéroport de) Manston et à plusieurs autres endroits", a expliqué le ministre. Si un chauffeur est testé positif à la suite d'un dépistage rapide livrant un résultat en environ 30 minutes, il sera soumis à un test PCR et placé à l'isolement dans un hôtel pendant dix jours en cas de nouveau résultat positif.

Le Royaume-Uni affiche l'un des bilans de la pandémie les plus lourds en Europe, avec plus de 68.000 morts et un record de près de 37.000 contaminations enregistrées mardi.

BELGAIMAGE
© BELGAIMAGE

Des échauffourées entre les chauffeurs et la police

Selon le site anglais Skynews, des échauffourées ont éclaté à Douvres alors que des chauffeurs de camion bloqués dans le port du Kent se sont heurtés à la police.

Des retours pour les fêtes

Eurostar a également annoncé la reprise de la circulation de ses trains mercredi pour des "voyages depuis le Royaume-Uni vers l'Europe continentale", mais qui restent soumis à "conditions".

L'Allemagne, qui comme des dizaines d'autres pays a coupé ses liaisons avec le Royaume-Uni, n'a pas annoncé d'assouplissement des restrictions courant jusqu'au 6 janvier. Idem pour l'Espagne.

Le port de Douvres (Kent), au sud-est de l'Angleterre, s'est vidé le 23 décembre 2020, après que le Royaume-Uni et la France aient convenu d'un protocole pour rouvrir la frontière au fret accompagné arrivant en France en provenance du Royaume-Uni, exigeant que tous les chauffeurs de camion présentent un test Covid-19 négatif., Belga Image
Le port de Douvres (Kent), au sud-est de l'Angleterre, s'est vidé le 23 décembre 2020, après que le Royaume-Uni et la France aient convenu d'un protocole pour rouvrir la frontière au fret accompagné arrivant en France en provenance du Royaume-Uni, exigeant que tous les chauffeurs de camion présentent un test Covid-19 négatif. © Belga Image

Nombreux sont aussi les voyageurs abandonnés à leur sort après l'interruption des liaisons aériennes avec le Royaume-Uni, certains étant privés de réunions familiales pour les fêtes.

Une situation "loin d'être réglée"

La situation des routiers bloqués au Royaume-Uni "est loin d'être réglée" malgré la réouverture de la frontière avec la France aux camionneurs présentant un test antigénique négatif au coronavirus, a déploré la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR). "Cela ne se passe pas bien", a résumé une porte-parole de la FNTR. "Notre demande a été entendue dans la mesure où on demandait qu'une procédure simplifiée soit mise en place pour les conducteurs routiers et qu'on ait des tests antigéniques qui puissent être validés et mis en oeuvre côté Royaume-Uni pour organiser le retour de nos conducteurs", a-t-elle reconnu.

Mais les retours des conducteurs sur le terrain sont mauvais, a-t-elle aussitôt ajouté : "Il n'y a toujours pas de tests, ils sont parqués les uns sur les autres, ils n'ont pas d'informations, ils n'ont pas eu pour la plupart d'entre eux de vivres distribués...". "On se prépare doucement à dire qu'ils ne seront pas rentrés pour Noël", a relevé la porte-parole.

"Nous sommes mobilisés pour que le plus grand nombre d'entre vous puisse rentrer passer les fêtes de Noël en famille", a assuré mercredi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, dans un message adressé sur Twitter aux transporteurs routiers.

Le port de Douvres a rouvert dans la nuit de mardi à mercredi. Plusieurs milliers de camions ont été bloqués après que la France ait fermé la frontière avec la Grande-Bretagne en raison de la nouvelle variante du coronavirus au Royaume-Uni. Ils ont été alignés sur l'autoroute M20 et à l'aérodrome de Manston après que le gouvernement français ait pris des mesures dans la nuit de dimanche à dimanche."Il faudra quelques jours pour nous sortir de cette situation", a averti Robert Jenrick sur la chaîne Sky News. "Il y aura pas mal de travail à faire dans les prochains jours et ce n'est pas un problème que sera résolu immédiatement".Le port de Douvres a rouvert dans la nuit de mardi à mercredi à la suite d'un accord de sortie de crise entre Londres et Paris pour permettre aux chauffeurs routiers bloqués au Royaume-Uni en raison de la forte circulation d'une variante considérée comme plus contagieuse du nouveau coronavirus de quitter le pays, moyennant un test négatif.Ce blocage, qui faisait suite à la décision de la France de suspendre pour 48 heures le transport de marchandises accompagné, faisait craindre un risque de pénuries, surtout de fruits et légumes, dans les supermarchés britanniques, confrontés à des achats panique.Selon Robert Jenrick, quelque 4.000 poids lourds étaient bloqués mardi soir dans le Kent (sud-est), autour de la zone portuaire: de 700 à 800 sur l'autoroute menant de Londres au port et près de 3.000 sur un ancien aéroport voisin, où les chauffeurs pourront se faire tester."Il y aura des tests à (l'aéroport de) Manston et à plusieurs autres endroits", a expliqué le ministre. Si un chauffeur est testé positif à la suite d'un dépistage rapide livrant un résultat en environ 30 minutes, il sera soumis à un test PCR et placé à l'isolement dans un hôtel pendant dix jours en cas de nouveau résultat positif.Le Royaume-Uni affiche l'un des bilans de la pandémie les plus lourds en Europe, avec plus de 68.000 morts et un record de près de 37.000 contaminations enregistrées mardi.Des échauffourées entre les chauffeurs et la policeSelon le site anglais Skynews, des échauffourées ont éclaté à Douvres alors que des chauffeurs de camion bloqués dans le port du Kent se sont heurtés à la police.Des retours pour les fêtesEurostar a également annoncé la reprise de la circulation de ses trains mercredi pour des "voyages depuis le Royaume-Uni vers l'Europe continentale", mais qui restent soumis à "conditions".L'Allemagne, qui comme des dizaines d'autres pays a coupé ses liaisons avec le Royaume-Uni, n'a pas annoncé d'assouplissement des restrictions courant jusqu'au 6 janvier. Idem pour l'Espagne.Nombreux sont aussi les voyageurs abandonnés à leur sort après l'interruption des liaisons aériennes avec le Royaume-Uni, certains étant privés de réunions familiales pour les fêtes.La situation des routiers bloqués au Royaume-Uni "est loin d'être réglée" malgré la réouverture de la frontière avec la France aux camionneurs présentant un test antigénique négatif au coronavirus, a déploré la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR). "Cela ne se passe pas bien", a résumé une porte-parole de la FNTR. "Notre demande a été entendue dans la mesure où on demandait qu'une procédure simplifiée soit mise en place pour les conducteurs routiers et qu'on ait des tests antigéniques qui puissent être validés et mis en oeuvre côté Royaume-Uni pour organiser le retour de nos conducteurs", a-t-elle reconnu. Mais les retours des conducteurs sur le terrain sont mauvais, a-t-elle aussitôt ajouté : "Il n'y a toujours pas de tests, ils sont parqués les uns sur les autres, ils n'ont pas d'informations, ils n'ont pas eu pour la plupart d'entre eux de vivres distribués...". "On se prépare doucement à dire qu'ils ne seront pas rentrés pour Noël", a relevé la porte-parole. "Nous sommes mobilisés pour que le plus grand nombre d'entre vous puisse rentrer passer les fêtes de Noël en famille", a assuré mercredi le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, dans un message adressé sur Twitter aux transporteurs routiers.