Si l'offre est acceptée, l'ensemble du personnel sera repris et s'installera dans les bureaux de Roularta à Evere, en région bruxelloise, "en toute indépendance". Les marques et les rédactions resteront, assure Xavier Bouckaert, patron du groupe médiatique. Le CEO espère recevoir une réponse de Nethys à son offre cette semaine encore. Il aimerait être fixé avant les vacances.

Moustique et Télé Pocket ont une diffusion hebdomadaire payante de respectivement 50.000 et 22.000 exemplaires, situe Roularta, citant des chiffres du Centre d'information sur les médias (CIM). "Ce sont des magazines intéressants pour notre portefeuille", estime Xavier Bouckaert. Le groupe édite des magazines francophones tels que Le Vif L'Express (avec Le Vif Weekend et Le Vif Focus), Femmes d'Aujourd'hui, Trends-Tendances, Flair, Sport Foot Magazine ou Télépro. Il possède aussi la chaîne commerciale Canal Z ainsi qu'une participation de 50% dans Mediafin, qui édite les journaux L'Echo et De Tijd.

Pour garantir un avenir à Moustique et Télé Pocket, Roularta compte miser sur les synergies au sein du groupe mais aussi sur le savoir-faire et les investissements liés au développement des abonnements et à la numérisation qui y ont déjà été réalisés pour les différentes marques. Avec le fonds d'investissement allemand Fidelium Partners, le Groupe Rossel (Le Soir, SudPresse) et IPM Group (La Libre Belgique, la Dernière heure), Roularta fait partie des quatre candidats au rachat des participations de Nethys dans le secteur de la presse.

Trois sociétés sont mises en vente dans ce cadre: les Editions de l'Avenir (L'Avenir, le Journal des Enfants), L'Avenir Advertising (Proximag et régie publicitaire) et L'Avenir Hebdo (Moustique/Télé Pocket). "Nous avions montré notre intérêt pour le tout au début de la procédure de vente. Mais nous ne disposions pas encore des informations financières détaillées. Nous avons finalement décidé de ne nous concentrer que sur les magazines", explique Xavier Bouckaert. Le patron dit ignorer si les autres candidats pré-cités le sont toujours pour la filiale L'Avenir Hebdo.

Si l'offre est acceptée, l'ensemble du personnel sera repris et s'installera dans les bureaux de Roularta à Evere, en région bruxelloise, "en toute indépendance". Les marques et les rédactions resteront, assure Xavier Bouckaert, patron du groupe médiatique. Le CEO espère recevoir une réponse de Nethys à son offre cette semaine encore. Il aimerait être fixé avant les vacances. Moustique et Télé Pocket ont une diffusion hebdomadaire payante de respectivement 50.000 et 22.000 exemplaires, situe Roularta, citant des chiffres du Centre d'information sur les médias (CIM). "Ce sont des magazines intéressants pour notre portefeuille", estime Xavier Bouckaert. Le groupe édite des magazines francophones tels que Le Vif L'Express (avec Le Vif Weekend et Le Vif Focus), Femmes d'Aujourd'hui, Trends-Tendances, Flair, Sport Foot Magazine ou Télépro. Il possède aussi la chaîne commerciale Canal Z ainsi qu'une participation de 50% dans Mediafin, qui édite les journaux L'Echo et De Tijd. Pour garantir un avenir à Moustique et Télé Pocket, Roularta compte miser sur les synergies au sein du groupe mais aussi sur le savoir-faire et les investissements liés au développement des abonnements et à la numérisation qui y ont déjà été réalisés pour les différentes marques. Avec le fonds d'investissement allemand Fidelium Partners, le Groupe Rossel (Le Soir, SudPresse) et IPM Group (La Libre Belgique, la Dernière heure), Roularta fait partie des quatre candidats au rachat des participations de Nethys dans le secteur de la presse. Trois sociétés sont mises en vente dans ce cadre: les Editions de l'Avenir (L'Avenir, le Journal des Enfants), L'Avenir Advertising (Proximag et régie publicitaire) et L'Avenir Hebdo (Moustique/Télé Pocket). "Nous avions montré notre intérêt pour le tout au début de la procédure de vente. Mais nous ne disposions pas encore des informations financières détaillées. Nous avons finalement décidé de ne nous concentrer que sur les magazines", explique Xavier Bouckaert. Le patron dit ignorer si les autres candidats pré-cités le sont toujours pour la filiale L'Avenir Hebdo.