Rolls-Royce, présent dans l'aérien, la défense et l'énergie, avait dégagé une perte moins élevée, de 909 millions de livres, un an plus tôt, plombé alors par des problèmes techniques sur certains moteurs. Le groupe subit depuis plusieurs mois les répercussions de l'arrêt du trafic aérien pendant le confinement et d'une reprise qui s'annonce très lente. Cette crise de l'aviation civile signifie pour Rolls-Royce moins de commandes et moins d'activité de maintenance, ce qui va réduire durablement son chiffre d'affaires, qui a déjà fondu de 26% à 5,8 milliards de livres sur le semestre, selon un communiqué.

"Nous avons réagi rapidement pour augmenter nos liquidités (...) pour nous aider à faire face à l'incertitude qui perdure sur la reprise dans le secteur de l'aviation civile", commente Warren East, directeur général du groupe.

Rolls-Royce, l'un des principaux groupes industriels britanniques, s'attend à une reprise très lente dans sa branche aéronautique, estimant que les commandes de moteurs resteront sous les niveaux de 2019 jusqu'au milieu de la décennie. Le motoriste a pris une série de mesures pour tenter de traverser cette tempête, dont la plus vaste restructuration de son histoire de sa branche aéronautique, qui passe par la suppression de 9.000 emplois, soit 17% de l'effectif total de 52.000 personnes.

Rolls-Royce, présent dans l'aérien, la défense et l'énergie, avait dégagé une perte moins élevée, de 909 millions de livres, un an plus tôt, plombé alors par des problèmes techniques sur certains moteurs. Le groupe subit depuis plusieurs mois les répercussions de l'arrêt du trafic aérien pendant le confinement et d'une reprise qui s'annonce très lente. Cette crise de l'aviation civile signifie pour Rolls-Royce moins de commandes et moins d'activité de maintenance, ce qui va réduire durablement son chiffre d'affaires, qui a déjà fondu de 26% à 5,8 milliards de livres sur le semestre, selon un communiqué. "Nous avons réagi rapidement pour augmenter nos liquidités (...) pour nous aider à faire face à l'incertitude qui perdure sur la reprise dans le secteur de l'aviation civile", commente Warren East, directeur général du groupe. Rolls-Royce, l'un des principaux groupes industriels britanniques, s'attend à une reprise très lente dans sa branche aéronautique, estimant que les commandes de moteurs resteront sous les niveaux de 2019 jusqu'au milieu de la décennie. Le motoriste a pris une série de mesures pour tenter de traverser cette tempête, dont la plus vaste restructuration de son histoire de sa branche aéronautique, qui passe par la suppression de 9.000 emplois, soit 17% de l'effectif total de 52.000 personnes.