"Les négociateurs de la coalition Vivaldi se sont mis d'accord sur un report de la décision de prolonger la vie de centrales nucléaires à novembre 2021, si la sécurité d'approvisionnement était mise en danger à ce moment-là", peut-on lire dans le communiqué transmis par la fédération.

"C'est le serpent qui se mord la queue: l'incertitude ainsi créée effrayera les investisseurs et risque de pousser les prix du marché à la hausse pour les consommateurs belges." "Dans le dossier de la sortie nucléaire, il existe bon nombre d'avis divergents, mais sur un point, tout le monde a toujours été d'accord: il faut une décision rapide, vigoureuse et claire", martèle Febeliec.

"Vu que le Commission européenne a émis de sérieuses objections quant aux subventions prévues pour de nouvelles centrales à gaz dans notre pays, une sortie totale du nucléaire d'ici 2025 est devenue inaccessible", précise encore la fédération. Prolonger la durée de vie des centrales nucléaires les plus récentes offre la meilleure garantie de sécurité d'approvisionnement au-delà de 2025, à un moindre coût, avec moins de dépendance de l'importation et avec moins d'émissions de CO2, ponctue-t-elle.

"Les négociateurs de la coalition Vivaldi se sont mis d'accord sur un report de la décision de prolonger la vie de centrales nucléaires à novembre 2021, si la sécurité d'approvisionnement était mise en danger à ce moment-là", peut-on lire dans le communiqué transmis par la fédération. "C'est le serpent qui se mord la queue: l'incertitude ainsi créée effrayera les investisseurs et risque de pousser les prix du marché à la hausse pour les consommateurs belges." "Dans le dossier de la sortie nucléaire, il existe bon nombre d'avis divergents, mais sur un point, tout le monde a toujours été d'accord: il faut une décision rapide, vigoureuse et claire", martèle Febeliec. "Vu que le Commission européenne a émis de sérieuses objections quant aux subventions prévues pour de nouvelles centrales à gaz dans notre pays, une sortie totale du nucléaire d'ici 2025 est devenue inaccessible", précise encore la fédération. Prolonger la durée de vie des centrales nucléaires les plus récentes offre la meilleure garantie de sécurité d'approvisionnement au-delà de 2025, à un moindre coût, avec moins de dépendance de l'importation et avec moins d'émissions de CO2, ponctue-t-elle.