Outre le ministre-président Elio Di Rupo, trois ministres wallons ont participé à la rencontre avec les syndicats : Willy Borsus, Christie Morreale et Philippe Henry. Le ministre fédéral de l'Economie et du Travail Pierre-Yves Dermagne était également présent.

Les membres du gouvernement wallon ont assuré les syndicats de leur soutien et ont indiqué qu'il était inconcevable à leurs yeux de laisser les 187 travailleurs du site sur le carreau, a résumé le porte-parole du ministre-président.

Le gouvernement wallon veut en outre s'assurer que les discussions entre direction et syndicats se passeront dans les meilleures conditions. Il souhaite à cet égard rencontrer prochainement la direction d'AGC Fleurus.

"En tant que syndicats, nous avons demandé la création d'une task force pour veiller à l'avenir des 187 travailleurs", a indiqué Kevin Peeters, permanent FGTB, selon qui la proposition a été accueillie favorablement.

"Il a aussi été question d'une reprise éventuelle de l'usine, piste évoquée très brièvement par la direction lors de l'annonce de la semaine dernière. Mais à ce niveau-là, nous n'en savons toujours pas plus", a-t-il ajouté.

Outre le ministre-président Elio Di Rupo, trois ministres wallons ont participé à la rencontre avec les syndicats : Willy Borsus, Christie Morreale et Philippe Henry. Le ministre fédéral de l'Economie et du Travail Pierre-Yves Dermagne était également présent. Les membres du gouvernement wallon ont assuré les syndicats de leur soutien et ont indiqué qu'il était inconcevable à leurs yeux de laisser les 187 travailleurs du site sur le carreau, a résumé le porte-parole du ministre-président. Le gouvernement wallon veut en outre s'assurer que les discussions entre direction et syndicats se passeront dans les meilleures conditions. Il souhaite à cet égard rencontrer prochainement la direction d'AGC Fleurus. "En tant que syndicats, nous avons demandé la création d'une task force pour veiller à l'avenir des 187 travailleurs", a indiqué Kevin Peeters, permanent FGTB, selon qui la proposition a été accueillie favorablement. "Il a aussi été question d'une reprise éventuelle de l'usine, piste évoquée très brièvement par la direction lors de l'annonce de la semaine dernière. Mais à ce niveau-là, nous n'en savons toujours pas plus", a-t-il ajouté.