Les ventes mondiales de Nissan, particulièrement en difficulté, ont chuté de 8,4% en 2019 à environ 5,18 millions d'unités, tandis que celles de Mitsubishi Motors ont légèrement progressé (+0,5%) à 1,23 million d'unités, selon des chiffres annoncés séparément jeudi par les deux constructeurs nippons.

Les ventes annuelles de Renault, publiées mi-janvier, ont quant à elles reculé de 3,4% à 3,75 millions d'unités.

Alors que le groupe français a pu limiter les dégâts l'an dernier grâce au succès de ses marques à bas coûts (Dacia, Lada), Nissan a reculé sur quasiment tous ses marchés.

Ses ventes 2019 ont notamment chuté de 10,6% en Amérique du Nord, à 1,75 million d'unités, dont un recul de 9,9% aux Etats-Unis.

Leur déclin a été encore plus brutal en Europe (-17,2% à 567.000 unités environ), mais nettement plus limité en Chine (-1,1% à 1,55 million d'unités environ).

Le constructeur a "normalisé" ses ventes en diminuant son recours aux promotions et aux dispositifs incitatifs à l'achat. Il souffre aussi d'une image considérablement détériorée au Japon, du fait de l'affaire Ghosn et de précédents scandales.

Les ventes mondiales de Nissan, particulièrement en difficulté, ont chuté de 8,4% en 2019 à environ 5,18 millions d'unités, tandis que celles de Mitsubishi Motors ont légèrement progressé (+0,5%) à 1,23 million d'unités, selon des chiffres annoncés séparément jeudi par les deux constructeurs nippons. Les ventes annuelles de Renault, publiées mi-janvier, ont quant à elles reculé de 3,4% à 3,75 millions d'unités. Alors que le groupe français a pu limiter les dégâts l'an dernier grâce au succès de ses marques à bas coûts (Dacia, Lada), Nissan a reculé sur quasiment tous ses marchés. Ses ventes 2019 ont notamment chuté de 10,6% en Amérique du Nord, à 1,75 million d'unités, dont un recul de 9,9% aux Etats-Unis. Leur déclin a été encore plus brutal en Europe (-17,2% à 567.000 unités environ), mais nettement plus limité en Chine (-1,1% à 1,55 million d'unités environ). Le constructeur a "normalisé" ses ventes en diminuant son recours aux promotions et aux dispositifs incitatifs à l'achat. Il souffre aussi d'une image considérablement détériorée au Japon, du fait de l'affaire Ghosn et de précédents scandales.