Les JO de Tokyo, comme l'Euro de football, ont été reportés d'un an et c'est donc un manque à gagner temporaire de quelque 12 millions d'euros qui plombera les comptes d'EVS pour cette année 2020.
...

Les JO de Tokyo, comme l'Euro de football, ont été reportés d'un an et c'est donc un manque à gagner temporaire de quelque 12 millions d'euros qui plombera les comptes d'EVS pour cette année 2020. Ralenti dans ses projets immédiats, le fournisseur de technologie vidéo ne reste pas inactif pour autant et vient d'ailleurs de franchir une étape majeure avec l'acquisition la plus importante de son histoire. EVS s'est en effet offert, il y a quelques jours à peine, la société néerlandaise Axon pour 10,5 millions d'euros, auquel s'ajoute un earn-out - une clause d'indexation sur les bénéfices futurs - de maximum 2,5 millions d'euros. Spécialiste en infrastructures médias (cars de régie, centres de données, etc.), Axon a généré un chiffre d'affaires de 17,5 millions en 2019 et compte plus de 80 collaborateurs aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, là où EVS affichait 103 millions de revenus l'année dernière portés par 480 équivalents temps plein. Précieuse, cette acquisition permettra à l'entreprise liégeoise d'étendre davantage sa présence internationale grâce à l'expertise d'Axon en matière de diffusion média. " Nous sommes particulièrement enthousiastes face aux perspectives que cette acquisition nous apportera au cours des mois et des années à venir, conclut Serge Van Herck, CEO d'EVS. Nous pourrons ainsi fournir les solutions d'infrastructures médias les plus complètes sur le marché. " Années paires comme impaires, serait-on tenté d'ajouter...