Un nouveau concept de voiture partagée débarque à Bruxelles dès le 6 juillet prochain. DriveNow, filiale commune de BMW et du loueur Sixt, va mettre 300 voitures en car sharing, des Série 1, des Série 2 Active Tourer et des MINI. Selon une approche encore inconnue à Bruxelles : le stationnement libre (free floating). L'utilisateur prend la voiture dans la rue, qu'il trouve grâce à une appli sur smartphone, et la laisse sur le voie publique une fois arrivé à destination. Les frais de stationnement sont inclus dans le prix payé.

DriveNow (BMW) a dribblé Car2Go (Mercedes)

Jusqu'à présent la voiture partagée, pratiquée surtout par Cambio, est basée sur un système de stations, en boucle fermée. L'utilisateur va chercher sa voiture dans l'une des stations Cambio et la ramène au même point après usage. Le système du free floating, autorisé depuis peu dans la Région de Bruxelles Capitale, offre une plus grande flexibilité, idéale pour les petits déplacements. DriveNow a devancé Car2GO, filiale du groupe Daimler, qui a annoncé ce mercredi qu'il viendra avec 300 voitures (Smart et Mercedes Classe A) à partir du mois d'octobre prochain.

Tripler l'offre de voitures partagées

DriveNow et Car2Go sont deux grands acteurs de la voiture partagée, très actifs en Allemagne et dans d'autres villes européennes. Car2Go est aussi présent aux Etats-Unis et en Chine. A ces deux acteurs s'ajoutera aussi Zipcar, à partir du 15 septembre, avec 200 Peugeot 208, également en parking flottant. Si l'on ajoute les 40 voitures d'un acteur qui vient de débuter, Matcha (d'Ubeeqo), qui utilise le même principe de la station que Cambio, près de 900 voitures partagées vont s'ajouter à Bruxelles d'ici la fin octobre. Cela va tripler l'offre sur la capitale. Les acteurs historiques, Cambio et Zen Car (voitures électriques), basés sur le principe de la station en boucle fermée, proposent 417 voitures.

Les tarifs sont plutôt facturés à la minute. DriveNow fera payer le temps de conduite 33 centimes lorsque la voiture roule, 19 cents lorsqu'elle est stationnée pendant l'utilisation. Pendant la phase de démarrage, l'inscription et les 20 premières minutes d'utilisation sont gratuites. Par la suite, l'utilisateur devra débourser 29 € de frais d'inscription. Car2Go n'a pas annoncé de tarif mais le prix pratiqué en Allemagne est de 29 centimes par km, 27 centimes pendant la période promotionnelle, plus une inscription de 9 euros. Le prix couvre tous les frais (carburant, stationnement, assurance,...). En phase de démarrage, DriveNow offre 20 minutes, Car2Go, 120 minutes, Zipcar, 120 minutes à ceux qui s'inscrive avant le 30 juin. Par comparaison, Cambio utilise un système qui mixe un abonnement, un coût à l'heure et au km, mais offre une couverture plus grande. Les nouveaux acteurs ne sont pas présents dans l'ensemble de la région bruxelloise. En général elles sont disponibles sur 50 à 55 km carrés. Il est encore impossible d'aller à l'aéroport. Car2Go, par exemple, négocie cette possibilité fort demandée selon ses enquêtes, mais un accord doit encore être conclu avec l'aéroport pour pouvoir laisser la voiture à un stationnement.

Le cas de Milan

Cette nouvelle concurrence devrait développer considérablement le marché. Valentino Sevino, directeur à l'agence de la mobilité de la ville de Milan, AMAT : "A Milan, nous avons constaté que le voiture partagée a vraiment décollé avec l'arrivée d'offres de voitures partagées comme Car2Go, car la voiture en free floating n'exige pas d'abonnement, elle est plus facile à tester que les voitures en stations, où il faut généralement un abonnement" a-t-il expliqué lors de la présentation de Car2Go à Bruxelles. "Nous avons remarqué que l'arrivée de cette offre en stationnement libre a entraîné une croissance de la consommation des autres offres de voitures partagées en stations. Les gens se familiarisent avec le système avec le free floating, puis recourent à différents service selon leurs besoin. Le free floating comme Car2Go convient bien aux déplacements courts. Mais si vous devez partir plusieurs heures, faire une course ou aller à un rendez-vous hors de la ville et en revenir, les voitures en stations conviennent mieux."

Milan est un cas intéressant : la ville a la taille de Bruxelles (1,3 million d'habitants). Mais elle est plus avancée en matière de mobilité alternative. Elle propose 2000 voitures partagées de différents fournisseurs. Il faut dire que le péage urbain imposé aux voitures (5 euros par jour) constitue un incitant à recourir à ce type de transport, en complément avec le métro ou le bus. A Milan, l'utilisation des voitures partagées arrive à 13.000 utilisations par jour, contre 18.000 réservations par mois pour Cambio à Bruxelles....