Dans le détail, quelque 47% des employeurs prévoient d'augmenter ses effectifs d'ici la fin du mois de juin 2022, tandis que seulement 13% d'entre eux prévoient de les réduire. 39% des personnes sondées n'anticipent aucun changement, selon le baromètre.

Après correction des variations saisonnières, la prévision nette d'emploi atteint la valeur très optimiste de +34%, se situant au même pourcentage que lors du trimestre précédent, son plus haut niveau depuis le lancement de l'enquête en 2003.

"Alors que le marché de l'emploi se rétablit du choc de la crise du coronavirus, les employeurs doivent déjà faire face à un nouveau contexte d'instabilité économique et politique au niveau global et cela ne sera pas sans conséquence sur la croissance", analyse Sébastien Delfosse, Managing Director de ManpowerGroup BeLux.

Des perspectives très optimistes

"Les perspectives d'emploi rapportées par les employeurs lors de notre enquête restent (cependant) très optimistes", convient-il. Les employeurs des trois régions du pays rapportent des intentions de recrutement encourageantes : +36% en Flandre, +34% à Bruxelles et +30% en Wallonie.

Parmi les secteurs offrant de belles opportunités, on relève celui des "Autres Services aux entreprises (+45%) - domaines juridiques, techniques, scientifiques ou administratifs - , de la Construction (+40%), de l 'IT, Technologie, Télécoms, Communication & Médias' (+39%), ainsi que les secteurs de la Production primaire (+ 37%) - Agriculture et pêche, Électricité Gaz et eau, Industries extractives -, de la Finance, des banques, de l'assurance et de l'immobilier (+ 35%) et du Commerce de gros et de détail / Supply Chain & Logistique (+33%).

"Il faut souligner le signal positif en provenance du secteur Horeca où près de 4 employeurs sur 10 prévoient de renforcer à nouveau leurs effectifs d'ici la fin du mois de juin", ajoute Sébastien Delfosse. ManpowerGroup a sondé 515 employeurs en janvier pour élaborer son baromètre.

Dans le détail, quelque 47% des employeurs prévoient d'augmenter ses effectifs d'ici la fin du mois de juin 2022, tandis que seulement 13% d'entre eux prévoient de les réduire. 39% des personnes sondées n'anticipent aucun changement, selon le baromètre. Après correction des variations saisonnières, la prévision nette d'emploi atteint la valeur très optimiste de +34%, se situant au même pourcentage que lors du trimestre précédent, son plus haut niveau depuis le lancement de l'enquête en 2003. "Alors que le marché de l'emploi se rétablit du choc de la crise du coronavirus, les employeurs doivent déjà faire face à un nouveau contexte d'instabilité économique et politique au niveau global et cela ne sera pas sans conséquence sur la croissance", analyse Sébastien Delfosse, Managing Director de ManpowerGroup BeLux. "Les perspectives d'emploi rapportées par les employeurs lors de notre enquête restent (cependant) très optimistes", convient-il. Les employeurs des trois régions du pays rapportent des intentions de recrutement encourageantes : +36% en Flandre, +34% à Bruxelles et +30% en Wallonie. Parmi les secteurs offrant de belles opportunités, on relève celui des "Autres Services aux entreprises (+45%) - domaines juridiques, techniques, scientifiques ou administratifs - , de la Construction (+40%), de l 'IT, Technologie, Télécoms, Communication & Médias' (+39%), ainsi que les secteurs de la Production primaire (+ 37%) - Agriculture et pêche, Électricité Gaz et eau, Industries extractives -, de la Finance, des banques, de l'assurance et de l'immobilier (+ 35%) et du Commerce de gros et de détail / Supply Chain & Logistique (+33%). "Il faut souligner le signal positif en provenance du secteur Horeca où près de 4 employeurs sur 10 prévoient de renforcer à nouveau leurs effectifs d'ici la fin du mois de juin", ajoute Sébastien Delfosse. ManpowerGroup a sondé 515 employeurs en janvier pour élaborer son baromètre.