Le syndicat estime qu'il ne plus pouvoir continuer un dialogue social apaisé, d'où le préavis de grève déposé lundi et assorti d'une demande de conciliation en commission paritaire. Une assemblée syndicale du personnel est prévue sur place jeudi à 10h30.

"Si rien ne bouge d'ici la semaine du 6 février, des actions seront menées par le personnel pour se faire entendre et pour sensibiliser les résidents ainsi que leur famille", indique la CNE dans un communiqué. Le syndicat estime que la situation se dégrade depuis plusieurs mois au sein de la résidence, malgré les interpellations répétées de la délégation syndicale, qui a prévenu que ce n'était plus tenable pour le personnel.

"L'employeur prétend qu'il ne peut pas faire plus financièrement, mettant en avant l'absentéisme du personnel ainsi que la pénurie dans certaines professions. Il pointe également la délégation syndicale qui, selon lui, créerait une mauvaise ambiance. Une manière de ne pas assumer ses responsabilités et de détourner l'attention des vrais problèmes", affirme la CNE. Les représentants des travailleurs demandent l'engagement de personnel supplémentaire dans l'institution, ainsi que le respect des attributions d'emploi.

Le syndicat estime qu'il ne plus pouvoir continuer un dialogue social apaisé, d'où le préavis de grève déposé lundi et assorti d'une demande de conciliation en commission paritaire. Une assemblée syndicale du personnel est prévue sur place jeudi à 10h30. "Si rien ne bouge d'ici la semaine du 6 février, des actions seront menées par le personnel pour se faire entendre et pour sensibiliser les résidents ainsi que leur famille", indique la CNE dans un communiqué. Le syndicat estime que la situation se dégrade depuis plusieurs mois au sein de la résidence, malgré les interpellations répétées de la délégation syndicale, qui a prévenu que ce n'était plus tenable pour le personnel. "L'employeur prétend qu'il ne peut pas faire plus financièrement, mettant en avant l'absentéisme du personnel ainsi que la pénurie dans certaines professions. Il pointe également la délégation syndicale qui, selon lui, créerait une mauvaise ambiance. Une manière de ne pas assumer ses responsabilités et de détourner l'attention des vrais problèmes", affirme la CNE. Les représentants des travailleurs demandent l'engagement de personnel supplémentaire dans l'institution, ainsi que le respect des attributions d'emploi.