Lundi soir, la CSC-Transcom a organisé des assemblées du personnel afin d'entendre les "fuelistes", les travailleurs de l'équipe opération et les pompiers qui se plaignent de mauvaises conditions de travail. Les explications apportées ont amené le syndicat à déposer un préavis d'actions prenant effet ce mardi. "Cela fait un an et demi que les travailleurs se plaignent de leurs conditions de travail mais rien ne change", dénonce Michel Gretzer.

"Au sein des fuelistes et de l'équipe opération, deux types d'horaire cohabitent actuellement. Les personnes ayant d'anciens contrats sont soumises à un système de quatre jours consécutifs de 12 heures de travail par jour, suivis de six jours de repos. Les nouveaux engagés prestent, quant à eux, 8 heures de travail par jour et sont rappelables à n'importe quelle heure, ce qui est intenable", s'exclame-t-il. Ces travailleurs demandent donc que le système de quatre jours consécutifs de 12 heures de travail, suivis de six jours de repos, soit appliqué à tous. Par ailleurs, un manque de personnel est mis en évidence au sein de l'équipe des pompiers de l'aéroport.

"Ils doivent travailler en binôme mais ils se retrouvent en solo dès qu'il y a des malades, par exemple, parce que l'effectif est insuffisant. L'engagement des deux intérimaires de longue durée serait déjà une avancée", estime le secrétaire permanent CSC-Transcom. A la suite de ce dépôt de préavis d'actions, la direction de Liege Airport a proposé de rencontrer les organisations syndicales mercredi à 18h.

Lundi soir, la CSC-Transcom a organisé des assemblées du personnel afin d'entendre les "fuelistes", les travailleurs de l'équipe opération et les pompiers qui se plaignent de mauvaises conditions de travail. Les explications apportées ont amené le syndicat à déposer un préavis d'actions prenant effet ce mardi. "Cela fait un an et demi que les travailleurs se plaignent de leurs conditions de travail mais rien ne change", dénonce Michel Gretzer. "Au sein des fuelistes et de l'équipe opération, deux types d'horaire cohabitent actuellement. Les personnes ayant d'anciens contrats sont soumises à un système de quatre jours consécutifs de 12 heures de travail par jour, suivis de six jours de repos. Les nouveaux engagés prestent, quant à eux, 8 heures de travail par jour et sont rappelables à n'importe quelle heure, ce qui est intenable", s'exclame-t-il. Ces travailleurs demandent donc que le système de quatre jours consécutifs de 12 heures de travail, suivis de six jours de repos, soit appliqué à tous. Par ailleurs, un manque de personnel est mis en évidence au sein de l'équipe des pompiers de l'aéroport. "Ils doivent travailler en binôme mais ils se retrouvent en solo dès qu'il y a des malades, par exemple, parce que l'effectif est insuffisant. L'engagement des deux intérimaires de longue durée serait déjà une avancée", estime le secrétaire permanent CSC-Transcom. A la suite de ce dépôt de préavis d'actions, la direction de Liege Airport a proposé de rencontrer les organisations syndicales mercredi à 18h.