Alors que les critiques venant des milieux économiques et politiques se sont multipliées contre ce mouvement social, qui a entraîné l'annulation de quelque 3.800 vols, soit la quasi-totalité du programme de Lufthansa sur trois jours, 55% des personnes interrogées ont déclaré comprendre cette grève contre 42% qui ont déclaré le contraire, selon ce sondage de l'institut Dimap pour l'ARD.

La chaîne publique rappelle toutefois qu'il y a deux ans, lors de la grève du personnel de cabine de Lufthansa, ce sont 75% des sondés qui s'étaient déclarés favorables au mouvement. Conclusion: les pilotes de Lufthansa, présentés comme des privilégiés en termes de revenus et de conditions de départ à la retraite, leurs deux revendications actuelles, sont moins soutenus par la population.

Ce mouvement, à l'appel de leur syndicat Cockpit, a même contribué à relancer les appels à légiférer pour éviter la multiplication de grèves sectorielles qui peuvent paralyser un pan entier de l'activité du pays. Cet objectif figure dans le contrat de coalition du gouvernement conservateur/social-démocrate de la chancelière Angela Merkel.

Dans un entretien au quotidien Handelsblatt, le patron de Lufthansa Christoph Franz a également plaidé pour une modification du droit de grève, afin de prévoir "une obligation de maintien minimum des infrastructures de transport essentielles".

M. Franz a par ailleurs annoncé jeudi qu'il espérait un retour à la normale du trafic dès samedi matin.

Depuis le début de la grève, une quarantaine de vols ont été annulés à Brussels Airport.

Alors que les critiques venant des milieux économiques et politiques se sont multipliées contre ce mouvement social, qui a entraîné l'annulation de quelque 3.800 vols, soit la quasi-totalité du programme de Lufthansa sur trois jours, 55% des personnes interrogées ont déclaré comprendre cette grève contre 42% qui ont déclaré le contraire, selon ce sondage de l'institut Dimap pour l'ARD. La chaîne publique rappelle toutefois qu'il y a deux ans, lors de la grève du personnel de cabine de Lufthansa, ce sont 75% des sondés qui s'étaient déclarés favorables au mouvement. Conclusion: les pilotes de Lufthansa, présentés comme des privilégiés en termes de revenus et de conditions de départ à la retraite, leurs deux revendications actuelles, sont moins soutenus par la population. Ce mouvement, à l'appel de leur syndicat Cockpit, a même contribué à relancer les appels à légiférer pour éviter la multiplication de grèves sectorielles qui peuvent paralyser un pan entier de l'activité du pays. Cet objectif figure dans le contrat de coalition du gouvernement conservateur/social-démocrate de la chancelière Angela Merkel. Dans un entretien au quotidien Handelsblatt, le patron de Lufthansa Christoph Franz a également plaidé pour une modification du droit de grève, afin de prévoir "une obligation de maintien minimum des infrastructures de transport essentielles". M. Franz a par ailleurs annoncé jeudi qu'il espérait un retour à la normale du trafic dès samedi matin. Depuis le début de la grève, une quarantaine de vols ont été annulés à Brussels Airport.