Netflix voudrait faire sienne l'Egyptian Theatre, une des salles de cinéma les plus célèbres de Los Angeles, située sur Hollywood Boulevard. Cet édifice, ouvert par Sid Grauman en 1922 et inauguré en grandes pompes par des stars de l'époque, comme Douglas Fairbanks (célèbre pour son rôle de Zorro, notamment) et sa femme Mary Pickford, pourrait bientôt tomber dans l'escarcelle du géant américain de vidéo à la demande. Netflix est en effet en discussions avec l'American Cinematheque, les propriétaires des lieux depuis 1998, rapporte CNBC, notamment.

Selon The Hollywood Reporter, la transaction pourrait s'élever à plusieurs dizaines de millions d'euros.

Mais pourquoi Netflix veut-elle investir absolument dans un cinéma, elle qui ne jure justement que par la dématérialisation ? La raison est assez simple.

Comme elle l'a fait avec "Roma" d'Alfonso Cuaron (qui a remporté trois Oscar cette année, dont celui du meilleur réalisateur), la plateforme souhaite continuer sa course aux récompenses. Elle avait donc décidé de sortir son film dans des centaines de salles aux États-Unis, une des conditions pour pouvoir concourir à la grand-messe du cinéma mondial. Pour qu'un film soit sélectionné, il faut en effet qu'il soit diffusé au moins sept jours d'affilée dans un cinéma de la Cité des anges (avec trois diffusions par jour et au minimum une séance diffusée entre 18 et 22h) et attendre trois mois avant une sortie sur les plateformes de vidéo. Des conditions assez drastiques.

Quoi de mieux donc pour la société, basée à Los Gatos, d'acheter purement et simplement un cinéma en plein Hollywood pour s'inviter dans la course aux récompenses les plus prestigieuses du septième art ?