En avril 2020, à la suite de la rupture d'une digue qui retenait les eaux de lavage de betteraves d'une usine Tereos à Escaudoeuvres (Nord), près de Cambrai, quelque 100.000 m3 de liquide noirâtre -essentiellement des matières organiques- s'étaient déversés, notamment dans l'Escaut qui traverse la France, la Belgique et les Pays-Bas.

Après avoir constaté une mortalité très importante des poissons, la Belgique avait accusé la France de "négligence" pour n'avoir pas "signalé" cette pollution, la Wallonie évoquant une "catastrophe environnementale".

Le 30 juin, un comité de pilotage installé avec "les élus locaux, les partenaires wallons et flamands, l'entreprise sucrière Tereos et l'ensemble des acteurs concernés" a fait aboutir "la procédure de responsabilité environnementale à la suite d'un accident industriel ayant provoqué une dégradation des espaces naturels", indique la préfecture dans un communiqué.

"L'arrêté du 31 août 2021 prescrit à l'entreprise Tereos la restauration de 10 ha de terrains situés à proximité du linéaire de l'Escaut afin de recréer des zones favorables à la reproduction piscicole (restauration de frayères, de zones humides, reconnexion de bras morts)", selon le communiqué.

L'entreprise devra notamment restaurer deux sites - les berges de l'Erclin, le long des terrains de Tereos et le bras mort de Rodignies, proche de la frontière belge - et mener des études complémentaires pour proposer des sites supplémentaires.

En avril 2020, à la suite de la rupture d'une digue qui retenait les eaux de lavage de betteraves d'une usine Tereos à Escaudoeuvres (Nord), près de Cambrai, quelque 100.000 m3 de liquide noirâtre -essentiellement des matières organiques- s'étaient déversés, notamment dans l'Escaut qui traverse la France, la Belgique et les Pays-Bas. Après avoir constaté une mortalité très importante des poissons, la Belgique avait accusé la France de "négligence" pour n'avoir pas "signalé" cette pollution, la Wallonie évoquant une "catastrophe environnementale". Le 30 juin, un comité de pilotage installé avec "les élus locaux, les partenaires wallons et flamands, l'entreprise sucrière Tereos et l'ensemble des acteurs concernés" a fait aboutir "la procédure de responsabilité environnementale à la suite d'un accident industriel ayant provoqué une dégradation des espaces naturels", indique la préfecture dans un communiqué. "L'arrêté du 31 août 2021 prescrit à l'entreprise Tereos la restauration de 10 ha de terrains situés à proximité du linéaire de l'Escaut afin de recréer des zones favorables à la reproduction piscicole (restauration de frayères, de zones humides, reconnexion de bras morts)", selon le communiqué. L'entreprise devra notamment restaurer deux sites - les berges de l'Erclin, le long des terrains de Tereos et le bras mort de Rodignies, proche de la frontière belge - et mener des études complémentaires pour proposer des sites supplémentaires.